Découvertes


Le bestiaire dans la sculpture romane

On fait de belles découvertes sur internet lorsque notre curiosité est en éveil et que l’on souhaite approfondir un sujet qui nous tient à cœur …. C’est ainsi que j’ai découvert une thèse, un peu ancienne puisqu’elle date de 2004, présentée pour l’obtention du diplôme de Docteur Vétérinaire…. Et tout cela parce que j’avais le souci de mieux connaître le griffon dans la sculpture romane….

J’ai eu beaucoup de plaisir à prendre connaissance de ce document au point de vouloir entrer en contact avec l’auteur Juliette GUIGON vétérinaire en exercice qui m’a donné son accord pour mettre en ligne sa thèse....

Vous découvrirez ce beau travail en cliquant sur le lien ci-dessous.

Pierre Catoire

 

Cliquez ici pour découvrir la thèse précitée

 


Goûté pour vous : le Rioja

Peregrino si quieresllegar à Santiago Con fuerza y vitalidad De este gran vino echa un trago y brinda por la felicidad.

(Pèlerin si tu veux arriver à Santiago, avec force et vitalité, de ce grand vin avale un coup et trinque à la félicité). Tout un programme.

Nous avons tous lu ce texte en buvant une grande gorgée de vin à la fontaine d'Irache. Celle-ci nous annonçait que nous allions quitter la Navarre pour pénétrer bientôt dans la province de la Rioja. Comme la plupart des Français cocardiers, nous étions convaincus qu'ils n'y a que les régions viticoles françaises qui soient susceptibles de produire d'excellents vins. Et voici qu'au détour de quelques albergues nous découvrons les bodegas et le vin de Rioja.

Et pourtant il y a peu de régions au monde qui peuvent revendiquer une aussi longue tradition viticole que la Rioja. En effet, quand les romains envahirent la région, la vigne poussait déjà ici, et les Celtibères élaboraient leur propre vin. Rien à voir encore avec la qualité des Riojas contemporains. Au tournant du premier millénaire, on retrouve à Logroño, des textes légiférant sur la qualité des vins, avec contrôles et amendes. Ce n´est peut-être pas un hasard si la Rioja est la seule D.O.C. (Denominacion de Orijen Calificada), quant les autres régions se contentent de D.O. On a ainsi acquis au fil des siècles une longue culture de la qualité.

Des milliers et des milliers de pèlerins français ont toujours traversé cette région pour se rendre à Compostelle et très souvent firent mention de ce vin si particulier de la Rioja. Il faudra toutefois attendre le milieu du 19°s. pour voir l´avènement du Rioja moderne. On doit cela notamment, à un notable, le Marquès de Riscal, qui se rendit à Bordeaux et ramena avec lui des cépages de merlot et de cabernet sauvignon, ainsi qu'un lot de barriques neuves. Il fut vite suivi par le Marquès de Murrieta. Ces deux maisons sont encore aujourd´hui parmi le plus connues de la Rioja. Que c'est-il passé en cette fin du 19°S. pour que les vins de Rioja aient aujourd'hui cette qualité et cette ressemblance souvent troublante avec nos meilleurs Saint Emilion ?

Il faut se souvenir qu'une terrible épidémie de phylloxéra a ravagé nos vignes entre 1860 et 1880 et plus particulièrement dans le bordelais. Plusieurs sociétés viticoles et vignerons expérimentés dans l'art du vin quittèrent dans la désolation leurs vignobles dévastés et s'installèrent dans cette région, en y apportant leur savoir faire et quelques pieds de vignes qui faisaient leur réputation dans le monde entier. Le vieillissement en fûts, secret bordelais fût aussi dévoilé et dorénavant appliqué d'abord par ces viticulteurs de la communauté française qui s'installa aux alentours d'Haro , puis, par la suite par l'ensemble des viticulteurs de la Rioja. L'on a donc acclimaté depuis plus d'un siècle les barriques, et d'une manière générale les techniques de vinification et d'élevage à la bordelaise.

Cependant, il fallu encore attendre la fin du vingtième siècle, notamment les années 70 pour observer une rapide transformation de la région, après que Logroño soit devenue capitale de la nouvelle communauté autonome de la Rioja, après sa séparation de la Vielle Castille. La population s'est rapidement accrue, bénéficiant d'un contexte économique dynamisé par l'essor des services, de l'industrie agroalimentaire et bien évidemment des célèbres vignobles de la Rioja. C'est dans le début des années 80 que les premiers Rioja opéraient une timide apparition dans la grande distribution française, notamment dans ce qui s'appelait à l'époque "Les centres distributeurs Leclerc". Là, l'on pouvait trouver des Rioja qui coûtaient aux alentours de 8 à 9 F (de l'époque) mais qui valaient des Saint Emilion de 60 à 70 F.

De nos jours les choses ont bien changées. Conscients de la qualité de leurs produits les viticulteurs de la Rioja envahissent sans scrupules et fiers comme le sont les espagnols, les rayons des grandes surfaces du monde entier, en proposant leur vins à des prix similaires à ceux du bordelais équivalents.

Le cépage rouge traditionnel est le tempranillo qui doit son nom à sa maturation précoce et qui est presque toujours utilisé en assemblage avec d'autres cépages comme le grenache noir (garnacha), le mazuelo et le cabernet-sauvignon. Un assemblage de Rioja classique comprend entre 70 et 80% de tempranillo, entre 10 et 15% de grenache et le reste dans les deux autres cépages. Le rioja blanc est quant à lui issu essentiellement du cépage viura, mais c'est la malvoisie qui lui donne l'essentiel de son caractère. Le grenache blanc est également utilisé. Enfin, c'est en Rioja que s'est développée la spécialité espagnole de nommer les vins en fonction de leur vieillissement, en fûts puis en bouteilles, en distinguant les joven (vins de l'année) des crianza (deux ans ), des reserva (trois ans) et des gran reserva (5 ans). Ce sont ces derniers vins qui font la réputation de la Rioja.

En observant les étiquettes de bouteilles de Rioja que vous trouverez certainement dans votre super marché ou chez votre caviste, vous constaterez que la plupart proviennent de bodégas situées entre Navarette et Najera. Et pendant que j'y suis, je vous indique l'un de mes préférés : Le Marquès de Caseres, Reserva, disponible chez Nicolas. C'est un rioja très fortement dominé par le tempranillo qui offre ainsi quelques notes bordelaises. Il est vieilli en barrique puis en bouteilles. De couleur rubis foncé il est marqué de reflets tuilés, il fleure les pruneaux, le cuir et le tabac. Riche, charpenté, il donne une délicieuse sensation de soleil et de longueur en bouche. A consommer avec un tout petit peu de modération, la bouteille de 75 cl vaut quand même 15 €.

 

Gilbert BUECHER

 


A propos du tympan de la Basilique Sainte Foy de Conques (Aveyron)

Tympan "le jugement dernier"

Découvrez "LE SECRET DE LA ROBE DE L'ANGE" à l’olifant dans le tympan de la basilique Sainte Foy de Conques ... Ce que vous allez découvrir n'est pas sans rappeler une certaine porte de la cathédrale Notre Dame du Puy en Velay.

Découvrez le secret

Patrick Marcellot
 


Coquille...si tu pouvais parler!

Gilles-Antoine Descroix

Gilles-Antoine a offert à Pierre Catoire une coquille peut ordinaire.... elle aurait 15 millions d'années!!! .... Le texte qui va avec est émouvant!

découvrez ce beau texte

 




Ste Emeline

Mercredi 27 Octobre 2021