Histoire de la religion chrétienne

sous-titre

L'ambition de "Rêves de Compostelle" est de mettre à votre disposition le déroulé d'un glossaire qui vous donne les principales étapes et mouvements dans le cadre de l'évolution de la chrétienneté jusqu'à nos jours . Bien évidemment ce cheminement n'a pas l'ambition d'être exhaustif, loin sans faut, tellement il y eut d'événements qui se sont succédés jusqu'à nos jours et qui ont forgés ce qu'elle est aujourd'hui.... Ce glossaire ne sera d'ailleurs jamais clos et recevra régulièrement des informations complémentaires au fur et à mesure de nos recherches que vous pouvez d'ailleurs enrichir en nous faisant parvenir vos observations et suggestions qu'il vous semble bon de porter à la connaissance de nos internautes...

 

 

glossaire

Dans le déroulé de ce glossaire consacré à l'histoire de la religion vous trouverez, en dehors des faits d'histoire, des points ou définitions propre au monde du religieux Il nous semble, en effet, utile de connaître, pour mieux l'appréhender, ce côté si spécifique qui fait partie de notre culture et qui mérite que l'on s'y attache pour mieux en comprendre le sens. Les liens vous reportant à une extension (photos ou textes) vous apparaissent en bleu... il suffit de cliquez dessus! Bonne consultation...

A

Abbaye
Monastère dirigé par un (e) abbe(sse)

Abbé
Étymologiquement, l'araméen "abba"
Père supérieur d'un monastère d'hommes érigé en abbaye.

Anachorète
Ermite, religieux contemplatif se retirant du monde pour mieux prier Dieu.

Anastasis
Mot grec qualifiant l'action de se relever. Il peut désigner une résurrection ou plus spécifiquement la Résurrection du Christ.

Apocryphe
Se rapporte originellement à un écrit caché. Il désigne plus globalement un écrit suspect dont l'origine et l'authenticité sont douteuses et postérieure à la date prétendue. Que l'église ne tient pas comme canonique.

Arianisme
Doctrine énoncé par d'Arius en 320 et selon laquelle Dieu est incréé et inengendré. Elle remet en cause la nature divine du Christ puisque celui-ci a été engendré par la volonté de Dieu et ne saurait donc être son égal. Le Christ, le Père et l'Esprit sont trois substances séparées, ce qui remet en clause l'unité de la trinité. L’arianisme est condamné au concile de Nicée en 325, sans apaiser la querelle qui secoue l’Église. Un compromis qui admet une inégalité entre le Dieu et le Christ est admis aux conciles de Rimini et de Séleucie. Il sera adopté par les Goths. L’arianisme ne sera définitivement rejeté qu'en 381 (Concile de Constantinople. Les Goths n'abandonnent l'arianisme que deux siècles plus tard)

Assomption
Montée au ciel de la Vierge.

Attentat d'Agnani
Philippe le Bel entretenait de longue date une relation houleuse avec le pape Boniface VIII. En 1296, le pape ordonne au clergé de ne pas payer la décime que le roi veut prélever sans son accord. La querelle s'aggrave lorsque le roi de France fait condamner un évêque protégé du pape. Boniface veut réunir en 1302 un Concile pour corriger le roi. Philippe le Bel le contre en convoquant les États généraux à Notre-Dame de Paris et en obtenant le soutien du clergé. Le pape voulant excommunier le roi, ce dernier lui envoie Guillaume de Nogaret pour arrêter la procédure d'excommunication. Ils se retrouvent à Agnani en 1303. L'entrée du lieu où séjourne le pape est forcée. Sans que le fait soit avéré, on prétend que Nogaret en est responsable et même qu'il aurait giflé de Saint-Père. Celui-ci meurt quelques jour plus tard. Le roi ouvre ensuite un procès contre Boniface, tandis que le successeur de celui-ci, Benoît XI, menace d'excommunier Nogaret. La mort rapide de Benoît XI (1304) permet l'élection de Clément V. Sous la pression du roi, celui-ci s'installe en Avignon et condamne les templiers. Les papes resteront en Avignon jusqu'en 1377.

Autel
Table consacrée sur laquelle, dans la liturgie catholique, le prêtre célèbre le saint sacrifice de la messe, ou eucharistie, comme mémorial de la dernière Cène du Christ et renouvellement non-sanglant du sacrifice de la croix.

 

 

B

Baptistère
Le baptistère est le lieu où se pratique le baptême . Il abrite initialement une petite piscine appelée cuve baptismale (pour les immersions complètes). A l'origine, il se situait hors des lieux de culte avant d'être intégré sous la forme de chapelle abritant les fonds baptismaux. Une cuve plus ou moins grande, en marbre, en pierre ou en métal est destinée à recevoir l'eau du baptême par aspersion, geste que fait le prêtre en versant l'eau baptismale sur la tête du baptisé.

Basilique
A l'origine la basilique est un édifice antique, une sorte de forum fermé, formé d'un bâtiment rectangulaire divisé en trois nefs. Par la suite, les premières églises ayant repris cette forme architecturale sont nommées ainsi. Ce sens n'est cependant pas celui qui est retenu aujourd'hui. Dans la majorité des cas, une basilique est un édifice qui a reçu ce titre honorifique, décerné par le pape, en raison de son prestige particulier. C'est pourquoi des cathédrales (maison de l'évêque) peuvent être aussi des basiliques (comme Saint Denis à la fois cathédrale et basilique)

 

 

C

Canossa
La pénitence de Canossa de janvier 1077 est un moment clé du conflit entre la papauté et le souverain germanique, au cours duquel le roi des Romains Henri IV vient s'agenouiller devant le pape Grégoire VII afin que celui-ci lève l'excommunication prononcée contre lui.

Capitulaire (salle)
Également appelée salle du chapitre. Les moines s'y réunissaient quotidiennement pour y discuter un chapitre de la règle de Saint-Benoît, pour y avouer leurs fautes ou pour y résoudre des problèmes administratifs. Le chapitre élisait l'abbé chargé de diriger l'abbaye.On y trouve des salles capitulaires non seulement dans les monastères mais aussi dans la plupart des cathédrales: c'était en effet l'un des centres de décision de l'évêché.

Catharisme
Le catharisme apparaît dans la Chrétienté occidentale au milieu du XIIe siècle Les cathares adoptent le modèle de vie, les rites et les sacrements des premières communautés chrétiennes (leur unique prière est le Notre Père) et rejettent l'église romaine et tous ses sacrements. Leur église est dirigée par des Bons chrétiens (hommes et femmes) qui ont reçu le consolament, seul sacrement cathare, qui se fait par imposition des mains et qui remplace tous les sacrements chrétiens traditionnels.Ils choisissent parmi eux un évêque et des diacres itinérants. Leur doctrine repose sur une doctrine dualiste de l’Évangile, où ils voient une opposition entre le monde terrestre qui appartient au Mal et le monde céleste qui ne connaît que le Bien. Le diable aurait emprisonné des âmes célestes qu'il aurait entraînées dans sa chute dans des corps de chair.Les cathares cherchaient donc à réveiller la part divine de ses âmes assoupies et condamnaient le corps de diverses façons : interdiction de consommer des produits issus du coït (nourriture par conséquent végétarienne), trois jours de jeûne au pain et à l'eau par semaine, trois carêmes de 40 jours, abstinence absolue, interdiction de voler ou tuer (même un animal), obligation de travailler de ses mains ... Le catharisme fut surtout vigoureux dans le sud-ouest de la France et dans le nord-est de l'Espagne. Après l'échec des prêtres de Saint Dominique, Innocent III lança en 1208 une croisade contre les cathares (aussi appelés Albigeois) et organisa l'inquisition pour les juger. Elle fut menée en France par Simon de Montfort (chef des armées) et Arnaud Amaury (Chef spirituel). Elle fut l'occasion de grands massacres (Sac de Béziers
"Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens") La lutte contre le catharisme fut aussi ressentie comme celle du Nord contre le Midi, notamment lors de la seconde croisade contre les Albigeois (1221). Le traité de Paris met officiellement fin au conflit en 1229 mais certaines villes ne tombèrent que bien plus tard (Montségur 1244)

Chaire
Petite tribune surélevée accessible par un escalier qui permet au prêtre de surplomber les fidèles lorsqu'il prêche. On trouve des chaires en bois, en pierre... La chaire de la cathédrale Saint Stéphane de Vienne est probablement l'une des plus belles.

Chanoine
Les chanoines sont initialement régis par une règle inspirée de saint Augustin définie vers 654 par Chrodegang. Il ne sont pas liés par des vœux contrairement aux moines. En 1059 est établie une distinction entre les chanoines séculiers (en contact avec le monde, sans vie communautaire), et les chanoines réguliers qui vivent en communauté tout en assurant des messes, des prédications et sacrements qui leur laissent un contact avec le monde extérieur.Un autre ordre, les chanoines de saint Victor de Paris, est créé en 1108. Ces chanoines suivent une règle plus rigoureuse et leurs activités intellectuelles annoncent la création des grandes universités. Enfin, un troisième ordre, les prémontrés est créé en 1120 par Norbert et privilégie la pauvreté et le travail.

Chapelle
La chapelle peut être un lieu de culte intégré à un établissement (château, collège, hôpital, monastère...) . Dans l'église, c'est un espace pour un culte secondaire dédié à un saint particulier. Enfin, cela peut être une église qui ne constitue pas une paroisse (du fait souvent de la présence d'une autre église proche qui remplit ce rôle.

Châsse ou reliquaire
Coffre souvent très richement orné où l'on garde les reliques d'un saint. Les châsses peuvent prendre toute sorte de formes (main, statuette, croix...) Cf.reliques.

Chauffoir
C'est la seule pièce chauffée de l'abbaye. Elle est essentielle l'hiver pour les malades et souvent accolé au scriptorium pour que l'encre des moines copistes ne gèle pas. Parfois le chauffoir faisait lui-même office de scriptorium .

Chrisme
Monogramme du Christ, formé de deux premières lettres de son nom en grec (X, P) ainsi que de l'alpha et de l'oméga.

Concile de Nicée
Le 20 mai 325, Constantin 1er réunit à Nicée le premier concile œcuménique de l'histoire en vue de condamner la doctrine d'Arius, l'arianisme, et, plus important de tout, maintenir l'unité de la jeune église.

Concile de Trente
Assemblée ecclésiastique qui s'est réunie de 1545 à 1563 dans la ville de Trente. Le but des réflexions menées était de contrer la Réforme protestante. La Contre-réforme eut des implications artistiques, notamment sur le plan pictural
retour aux écritures, et notamment à l'ancien testament (pour contrer les accusations selon lesquelles les prêtres catholiques étaient ignorants); réalisations d’œuvres devant frapper les imaginations et ranimer la piété.

Cloître
Le cloître est constitué de quatre galeries encadrant un jardin. On trouve souvent deux points d'eau : un puits au centre (destiné à collecter les eaux de pluie) et un lavabo sur l'un des côtés (pour les ablutions).C'est à la fois un lieu de méditation et un lieu de passage. Dans les monastères la salle capitulaire, l'église, le réfectoire (entre autres) ouvrent souvent sur le cloître.

Collégiale
Église qui, sans être une cathédrale, possède un chapitre de chanoines

Commende
Le régime de la commende, instauré par Clément VI (1342-52) implique pour une abbaye de perdre partiellement son autonomie puisque son abbé est alors choisi par le Pape parmi les membres du clergé séculier. L'abbé ainsi nommé reçoit les revenus de l'abbaye et s'occupe de sa gestion tandis que le pouvoir spirituel est remis aux prieurs. Par la suite, la possibilité de confier un bénéfique ecclésiastique à un clerc ou même à un laïc s'étend aux souverains. En France, c'est le concordat de Bologne (1516) entre François Ier et Léon X qui permet l'instauration d'une commende royales et non papale. Le passage à ce régime marque souvent le début d'une décadence des mœurs, l'abbé ne se souciant que de son propre profit.

Convers
Membre non-clerc d'une communauté religieuse, qui ne chante pas au chœur et est chargé du service domestique de la communauté monastique, notamment des travaux les plus pénibles (agriculture). Il 'a pas voix au chapitre, c'est à dire qu'il n'a pas à donner son avis. Les convers n'ont pas la même instruction que les moines et n'ont pas les mêmes obligations spirituelles (leur emploi du temps ne laissant pas autant de place à la méditation).

Croisade des albigeois
voir catharisme

Crypte
Espace généralement aménagé en dessous du chœur et qui abrite les corps de saints et parfois de rois.

 

 

D

Desamortizacion
Réforme engagée en 1835 en Espagne à la suite de la première guerre carliste. Le ministre libéral Mendizabal fait voter une série de mesures supprimant les ordres religieux et confisquant leurs biens. Tous les monastères espagnols furent profondément affectés par cette réforme (comme le furent les monastères français en 1791)

Dormition
Mort de la Vierge

 

 

E

 

F

 

G

Gemme
L'art carolingien montre un goût prononcé pour les gemmes antiques, qu'on trouve sur les reliquaires (et autres objets religieux) ou encore les sceaux. La châsse de sainte Foy, par exemple, en est couverte. Ce goût se perpétue dans l'art roman et à la naissance du gothique.Suger amasse des pierres aux origines parfois lointaines et la châsse des rois mages à Cologne, en est richement dotée. Le pillage de Constantinople , en 1204, permet la diffusion de nouvelles richesses, notamment de pierres gravées. L'usage de ces pierres comme sceaux est alors fort répandu. On les trouve aussi dans des reliures . Certaines font l'objet d'un culte. On leur prête des vertus surnaturelles et de nombreuses légendes leur sont attachées. De nombreuses pierres sont aussi créées de toutes pièces à cette époque. Les gemmes antiques gravés sont inventoriés dans des Lapidaires. Leurs motifs, ainsi recensés, inspirent le bestiaire gothique (et celui des primitifs flamands comme Bosch). On y retrouve notamment les grylles , créatures composées de têtes (multiples ou non) et de pattes, sans corps. Ces bestioles sont utilisées pour représenter des figures infernales (manuscrits), des motifs fantaisistes (miséricordes de stalles)

Gisant
Statue ornant un tombeau et représentant le décédé (avant sa mort), allongé, le plus souvent, les mains jointes. Un petit animal est fréquemment présent aux pieds de la statue,parfois remplacé par un coussin. Les gisants, contrairement aux transis ne sont pas présentés de façon réaliste. Les visages et les membres sont ceux de jeunes vivants endormis, les vêtements souvent magnifiques, ont les plis qu'ils devraient avoir si la statue était à la verticale. A leur propos, Philippe Ariès écrit : " Ces gisants ne sont ni des morts ni des vivants dont on souhaite conserver la ressemblance (...) ils sont des beati, des bienheureux". Parfois , les gisants sont des différenciés selon leur fonction
le chevalier tient son épée à deux mains, l'évêque tient sa crosse et bénit de l'autre main, le roi tient son sceptre. Le plus souvent ils sont en prière. Certains gisants quittent leur attitude de sommeil et lisent (tombeau d'Aliénor d'Aquitaine à l'abbaye de Fontevrault, gisants de la cathédrale de Francfort). La basilique Saint Denis recèle de nombreux exemples de gisants royaux. Voir transi, enfeu

Guerre de Trente Ans
La Guerre de Trente Ans est une série de conflits armés qui a déchiré l'Europe du 23 mai 1618 au 15 mai 1638. Les causes en sont multiples mais son déclencheur est la révolte des sujets tchèques protestants de la maison de Habsbourg, la répression qui s'en suivit, et le désir des Habsbourg d'accroître leur hégémonie et celle de la religion catholique dans le Saint Empire.

H

Héjire

En 622, Mahomet doit fuir la Mecque pour Médine. Cet événement marque l'an I du calendrier musulman.

I

Incrédulité de Saint Thomas
Lorsque le Christ ressuscité se présente aux apôtres, Saint Thomas met en doute la réalité de ce qu'il voit. Le Christ l'invite alors à toucher la plaie de son côté pour le guérir de son incrédulité. On oppose généralement cette scène, où le Christ accepte un contact charnel, au Noli me tangere (traduction latine "ne me touche pas"), où il le refuse.

Inquisition
La Sainte Inquisition est une juridiction ecclésiastique spécialisée dans la lutte contre les hérésies, qui joua un rôle important du XIIIe au XVIe siècle. Organisée en 1231 par Grégoire IX qui la confia aux dominicains, sa première mission fut d'éliminer les cathares, mais elle se chargea par la suite de faire brûler les templiers, des juifs, des musulmans. Innocent IV autorisa l'usage de la question dès 1252. En France, son importance décrut dès la fin du XIVe siècle, alors qu'elle allait connaître son plein essor en Espagne, de 1478 à 1484, sous l'impulsion des rois catholiques et du terrible Torquemada. En 1542 est créée à Rome la Congrégation de la Suprême inquisition, qui s'occupa du protestantisme et d'autres hérésies. La congrégation changea de nom en 1908 (Congrégation du Saint Office) pour devenir la Congrégation pour la doctrine de la foi en 1965.

 

 

J

Jansénisme
Le jansénisme est un mouvement religieux qui a agité l'église catholique en France, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il est né dans les cercles intellectuels de l'université de Louvain (Belgique) à la fin du XVIe siècle, en réaction à l'optimisme des Jésuites

Jessé
Jessé est le père de David. Il est lié à deux types de représentation fréquente dans l'art chrétien entre le XIIe et le XVe siècle :
-le songe de Jessé : on voit Jessé entouré de quatre prophètes (Daniel, Jacob, Isaïe,Michée) qui lui annoncent la venue d'un Sauveur.
-l'arbre de Jessé : Jessé représenté souvent endormi, la tête soutenue par une main part la généalogie du Christ représentée sous forme d'arbres dont les branches portent des rois et des prophètes. Le Christ trône à la cime. La représentation de l'arbre de Jessé avec les personnages reposant sur des calices de fleurs (et non directement sur les rameaux) rappelle les sièges des dieux extrême-orientaux.

Jésuite
La Compagnie de Jésus fut fondé en 1540 par Ignace de Loyola. L'organisation est de type militaire et très hiérarchisé. L'ordre est dirigé par un préposé général. Les jésuites ont eu un rôle particulièrement important dans la Contre-réforme, dans la colonisation de l'Amérique du Sud, dans l'enseignement. Ils s'impliquèrent dans la lutte contre le jansénisme, le gallicanisme et autres controverses. Leur rôle politique leur suscita suffisamment d'inimitiés pour que l'ordre soit supprimé d'abord au Portugal, en France et en Espagne, puis partout (1773). Il ressuscita en 1814. Plusieurs fois l'enseignement lui fut interdit, mais cela n'empêcha jamais l'ordre de poursuivre son développement notamment en Amérique.

 

 

K

 

 

L

 

Las Navas de Tolosa
En 1212, le roi d'Espagne Alphonse VIII s'apprête à affronter les Almohades. Il obtient du pape Innocent III qu'il décrète une croisade contre les Almohades. Ceci permet à Alphonse VIII d'obtenir suffisamment de renforts pour infliger une défaite aux musulmans. C'est la première grande victoire de la Reconquista.

Légende dorée (La)
Ouvrage de Jacques de Voragine contant la vie de saints. Ses hagiographies constituent la principale source d'inspiration de bien des artistes.

Les 4 évangélistes
sont représentés par l'Homme qui correspond à Mathieu, par le Lion ailé qui correspond à Marc, par le Taureau qui correspond à Luc et l'Aigle qui correspond à Jean. Ces évangélistes s’intègrent dans un "Tétramorphe" souvent intégré dans les scènes du jugement dernier

 

 

M

Magna Carta
Texte de 1215 constituant la première charte de droit en Grande Bretagne. Il fonde le refus de l'arbitraire et est à l'origine du régime représentatif puisqu'il établit un conseil des vassaux qui reçoit le droit de consentir à l'impôt. Le conseil deviendra un Parlement un demi-siècle plus tard.

Miséricorde
Élément en saillie situés sous les strapontins des stalles et sur lesquels pouvaient s'appuyer les prêtres pendant les parties de l'office où ils devaient rester debout. Les miséricordes sont souvent ornées de motifs fantaisistes, parfois burlesques ou même grivois (cf. stalles de Saint Bertrand de Comminges, de Tolède) Cf. stalles

Moniales
Équivalent féminin des moines d'un monastère.

 

 

N

Nicolaïsme
Pratique des prêtres qui refusaient le célibat. Ce courant se manifesta dans l'église latine aux 10e et 11e siècles.Ces positionnements  étaient considérés comme hérétiques par l'église primitive traditionnelle. La réforme grégorienne y met théoriquement fin.

Noli me tangere
Ressuscité, le Christ apparaît en premier lieu à une femme, Marie-Madeleine. elle le confond avec un jardinier (représentation traditionnelle de cette scène avec un Christ muni d'une pelle. Lorsqu'elle le reconnait, elle tombe à ses pieds et veut le toucher. Le Christ l'en dissuade en lui disant "Ne me touche pas"!(en latin, noli me tangere) et lui demande d'aller porter la bonne nouvelle. On oppose généralement cette scène, où le Christ refuse un contact charnel , à l'incrédulité de Saint Thomas,où il l'accepta.

 

 

0

Oblat
Personne faisant don de ses biens à un monastère et promettant d'observer un règlement, mais restant laïque. De manière générale, un oblat est un don. Des parents pouvaient confier leurs enfants comme oblat à une abbaye.

Orant
Personnage représenté dans l'attitude de la prière, souvent dans le cadre d'une sculpture funéraire.

 

 

P

Palatinat
Dignité de comte palatin, c'est à dire d'un seigneur investit d'une charge par un empereur (Allemagne). De manière plus générale, l'adjectif palatin désigne tout ce qui dépend d'un palais impérial.

Pantocrator
Pantocrator signifie "tout-puissant". Ce qualificatif s'applique au Christ lorsqu'il est représenté de face, bénissant de la main droite et tenant un codex de la main gauche (Christ en majesté). On trouve ce type d'image sur de nombreux tympans (notamment ceux qui figure l'Apocalypse. Il s'agit d'une création iconographique byzantine, probablement celle qui connut le plus grand succès.

Partage de Verdun
En août 843, aboutissement de la lutte engagée entre Lothaire et ses frères (voir Serments de Strasbourg) qui partage l'empire de Charlemagne en trois zones.

Phylactère
Petite boîte carrée renfermant les bandes de parchemin sur lesquelles sont inscrits des versets de la Bible que les juifs orthodoxes portent au bras gauche et sur la tête pendant la prière du matin (synonyme: téphillin).

Prémontré
Ordre de chanoines fondé en 1120 par Norbert. Les prémontrés accueillent notamment les pèlerins de Compostelle à l'abbaye de Conques...

Prieuré
Monastère dépendant d'une abbaye et dirigée par un prieur lui-même dépendant d'un abbé plus important. Présentation en vidéo du prieuré de Cayac sur la commune de Gradignan (33) qui reçoit les pèlerins de Compostelle (Via Turonensis - Étape: Blanquefort-Bordeaux-Gradignan (21,9 km)

Priscillianisme
L'évêque Priscillien entreprit vers 370 d'opposer à la vie licencieuse du clergé un ascétisme rigoureux, fondée sur une conception négative du monde matériel, issue du manichéisme. Sa doctrine, malgré le vif succès qu'elle remporte en Espagne du nord, est rapidement condamnée comme une hérésie. En 385, Priscillien est l'un des premiers hérétiques condamnés à mort (décapité et non brûlé vif comme cela se fera par la suite). Le pricillianisme dominera encore en Galice jusqu'au VIe siècle.

Psychomachie
La Psychomachia, ou en français Psychomachie est une œuvre du poète chrétien Prudence qui met en scène le combat entre les figures allégoriques des vices et des vertus.

 

Q

Querelle des Investitures: voir Réforme grégorienne

 

 

R

Reconquista
Guerre menée par les espagnols, soutenue par l’Église catholique pour chasser les musulmans de la péninsule ibérique. Commencée dès le XIe siècle, elle s'achève par la prise de Grenade en 1492. Voir bataille de las Navas de Tolosa. Voir article de Gilbert Buecher sur la Reconquista

Réforme grégorienne
Une réforme du clergé est engagée par le pape Léon IX (1049-1054) en 1049. Elle est poursuivie par Grégoire VII (1073-1085), qui lui donne son nom. Elle s'achève au début du XIIe siècle. La réforme, d'abord morale, vise essentiellement à mettre fin à la simonie (vente d'indulgences) et au nicolaïsme (concubinage des prêtres). Le célibat devient obligatoire. Au-delà la réforme sert surtout à affirmer la primauté de Rome. Cela conduit au Grand Schisme - voir schisme d'Orient - ainsi qu'à la tentative de secouer la tutelle laïque sur le clergé. Sous le pontificat de Nicolas II (1058-1061) l'élection pontificale est désormais réservée aux cardinaux, sans intervention de l'empereur germanique. Grégoire VII tente également de supprimer l'investiture laïque des évêques, ce qui provoque la querelle des investitures. Par la bulle Dictatus papae et le décret sur les investitures (1075), le pape s'affirme comme le seul chef de l'église et donc seul apte à nommer les évêques, aux dépens de l'empereur Henri IV. Ce dernier tente de faire déposer le pape qui réplique en l'excommuniant (1076). C'est alors que prend place l'épisode de Canossa. L'empereur se présente devant le pape, repentant et humble pour implorer son pardon (1077), alors que Grégoire attendait une armée.Le pape ne peut répondre qu'en accordant son pardon. C'est cependant pour lui une fausse victoire puisque le compromis de Worms (1122), signé par le pape Callixte II, aboutit à un partage entre investitures temporelle (empereur) et spirituelle (pape): la tutelle laïque n'est pas brisée.

Régulier voir Séculier

Relique
Fragment du corps d'un saint ou d'un objet lui ayant appartenu ou ayant servi à son martyre. Les reliques produisent parfois des miracles. On leur prête des vertus protectrices. Lorsqu'un tissu entre en contact avec une relique, il peut devenir une relique secondaire. voir châsse

Retable
Les retables apparaissent au XIe siècle suite à la modification de la place du prêtre lors de l'office.Celui-ci avait coutume de se placer derrière la table d'autel, face aux fidèles. A partir du XIe siècle, le prêtre se place entre l'autel et les fidèles, tournant le dos à ces derniers.Le regard du prêtre et de ses ouailles se porte donc derrière la table (retro tubula). C'est pourquoi on estime alors utile de faire apparaître des décorations derrière l'autel. Lorsque la consécration des églises commence à être étroitement liée à la présence des reliques, des retables reliquaires apparaissent. A la fin du XIVe siècle, les caisses deviennent plus profondes pour recevoir des sculptures et construire un espace en trois dimensions. L'axe du retable (partie centrale) est surélevée. La réalisation d'un retable met en jeu la collaboration de nombreux artisans (peintres, ébénistes, sculpteurs, menuisiers...) pour créer les trois parties qui le composent: la caisse, la prédelle et les volets. Les volets ont une signification religieuses. Lorsqu'ils sont fermés, on ne voit que leur revers, peint en grisaille: c'est la face quotidienne, mais c'est aussi celle du deuil et du carême. Lorsque les volets sont ouverts, ils laissent voir des scènes richement colorées, qui ont un caractère plus festif. La prédelle a une fonction pratique: elle permet de fermer des volets sans avoir à ôter les objets qui reposent sur l'autel. La caisse, aussi appelée huche, est la pièce la plus importante. Elle se compose de trois compartiments, dans lesquels reposent des sculptures produites par groupes qu'il est ensuite possible d'étager pour donner de la profondeur à l'ensemble. La structure des retables anversois est constante. Verticalement, on trouve trois travées, avec une partie centrale surélevée. Horizontalement, l'espace est composé de deux registres. Dans le registre supérieur se déroule la scène principale. Le registre inférieur est généralement découpé en 3 ou 6 petites scènes (1 ou 2 par travée).

 

 

S

Saint-Barthélémy
Le massacre de la Saint-Barthélémy est le massacre de protestants déclenché à Paris, le 25 août 1572,jour de la saint Barthélémy, prolongé pendant quelques jours dans la capitale, puis étendu à plus d'une vingtaine de villes de province durant les semaines suivantes et même les mois suivants. Cet événement des guerres de Religion résulte d'un enchevêtrement complexe de facteurs, aussi bien politiques que religieux et politiques que sociaux.

Saint Maur (congrégation de)
Congrégation créée au XVIIe siècle dans le but de réformer les abbayes bénédictines. Richelieu tente de la fusionner avec l'ordre de Cluny, mais il n'a pas de temps d'achever son œuvre et la séparation est maintenue. La congrégation est prise en charge par Dom Jean Tarisse , considéré comme son véritable fondateur. elle est dirigée par un prieur général, élu par un chapitre général qui se réunit tous les trois ans. Elle réunit 191 abbayes et prieurés. La congrégation se distingue par son travail d'érudition. Emportée par la Révolution (1792), la congrégation ne réapparaît pas avec la Restauration.

Schisme d'Orient ou Grand Schisme
Une querelle de longue date opposaient les patriarches de Constantinople et les pape romains. Le pape Léon IX, dans le cadre d'une réforme tendant à réformer les meurs du clergé, affirme la primauté de l’Église romaine et avive le conflit. Il produit une bulle excommuniant Michel Cérulaire, patriarche de Constantinople. La bulle est remise à ce dernier trois mois après la mort du pape. Quelques jours, le patriarche excommunie le nouveau pape. Le divorce est définitivement consommé entre les chrétiens d'Orient et d'Occident.

Schisme d'Occident
En 1378, l'élection du pape Urbain VI est rejetée, en partie en raison de la personnalité du pape, par de nombreux cardinaux qui élisent un second pape, Clément VII, qui s'installe en Avignon. On tente de sortir de l'impasse en affirmant la supériorité des conciles. Néanmoins le Concile de Pise n'aboutit qu'à l'élection d'un troisième pape, Alexandre V. Un nouveau concile contraint le nouveau pape romain , Grégoire XII, à la démission et dépose les deux autres papes, avant d'en élire un nouveau, Martin V (1417). Cette dernière élection marque la fin du schisme.

Séculier (clergé)
Le clergé séculier s'oppose au clergé régulier. Alors que le second vit en communautés plus ou moins closes et est rattaché à un ordre, le premier est intégré à la vie de la cité et est responsable du culte quotidien

Serments de Strasbourg
14 février 842. A la mort de Louis-le-Pieux (fils de Charlemagne) , Lothaire devient Empereur. Mais ses frères Charles-le-Chauve et Louis-le-Germanique refusent de se soumettre à lui et s'allient par les serments de Strasbourg pour le combattre. On aboutit finalement au partage de Verdun.

Suffragant
Se dit des évêques dépendant d'un archevêque.

 

 

T

Tétramorphe
Représentation des quatre évangélistes sous leurs formes allégoriques (l'ange pour Saint Mathieu, l'aigle pour Saint Jean, le taureau pour Saint Luc et le lion pour Saint Marc). Cette représentation est inspirée par une vision d’Ézéchiel et par la description des quatre Vivants de l'Apocalypse selon Saint Jean.

Transfiguration
Épisode du Nouveau Testament. Le Christ conduit trois de ses disciples, Pierre, Jacques et Jean, au mont Thabor pour prier. Il se manifeste alors à eux "revêtu de gloire" et conversant avec Élie et Moïse

Trêve de Dieu
Interdiction de toute violence du mercredi soir au lundi matin

Trinité
Dans le christianisme, la Trinité (ou Sainte Trinité) est le Dieu unique en trois personnes: le Père, le Fils et le Saint-Esprit, égaux,participant d'une même essence divine et pourtant fondamentalement distincts. La croyance en la Trinité est le principe fondateur commun aux principales confessions chrétiennes: catholicisme, orthodoxie et protestantisme. Le fondement de cette doctrine est exprimé dans le symbole de Nicée.

 

 

U

 

 

V

Vétérotestamentaire
Relatif à l'Ancien Testament.

Vierges folles et Vierges sages
Il s'agit d'une parabole rapportée par Mathieu(25,1-13). Dix jeunes filles attendent l’Époux. Toutes ont des lampes mais seulement cinq d'entre elles ont pensé à prendre également de l'huile. Lorsque l’Époux arrive, les cinq autres ne peuvent plus s'éclairer et courent acheter de l'huile. Lorsqu'elles reviennent , la porte s'est refermée sur l’Époux et les cinq vierges sages. Les cinq vierge folles ne peuvent rentrer. Morale de l'histoire: "Veillez donc car vous ne savez ni le jour ni l'heure": il faut donc être prêt à paraître devant le Christ à chaque instant. Les vierges folles et les vierges sages sont souvent représentées dans les piédroits des portails consacrés au Jugement dernier. Les vierges sages tiennent leur lampe bien droite, de manière à ce que l'huile ne soit pas renversée, les vierges folles tiennent leur lampe renversée. Viollet le Duc (Eugène Emmanuel, 1814-1879: vivement critiqué pour ses restaurations jugées parfois abusives et ses théories sur l'architecture médiévale, Viollet le Duc, incontournable, est aujourd'hui en cours de réhabilitation. Autodidacte, il est aidé dans sa carrière par Mérimée, qui lui confie en 1840 son premier chantier à Vézelay. Il poursuit sa carrière sous le Second Empire , restaurant, créant, écrivant (Dictionnaire raisonné de l'architecture française). La chute de l'empire et la mort de Mérimée l'éloigne de la sphère officielle. Il meurt à Lausanne. Ses principales interventions ont eu lieu sur les cathédrales d'Amiens, Reims, Clermont-Ferrand, Autun, Auxerre, Saint-Denis, Lausanne, sur Saint-Sernin de Toulouse, sur les remparts de Carcassonne, le château de Pierrefonds (Oise)... Viollet-le-Duc a une conception particulière de la restauration: "Restaurer un édifice, écrit-il, ce n'est pas l'entretenir, le réparer ou le refaire, c'est le rétablir dans un état complet qui peut n'avoir jamais existé à un moment donné". Cette idée essentielle s'articule autour de plusieurs conditions: assurer la durée de l'édifice , ne pas refuser systématiquement des adaptations aux usages modernes, tenir compte des aménagements antérieurs, s'appuyer sur des documents scientifiques et des études archéologiques. Dans l'ensemble, les restaurations de Viollet-le-Duc sont plutôt réussies. Elles ont assuré la pérennité de bien des monuments en danger, sans les déformer (seule la restauration de Saint-Sernin est considérée comme moins réussie). Si l'exécution de ses plans souffre parfois de médiocrité, cela est dû à l'insuffisance de ses collaborateurs, plutôt quà des erreurs de conception de sa part.

 

 

 


St Florent

Lundi 04 Juillet 2022