64220 Saint-Jean-Pied-de-Port

(1553 h)

Tous commerces - Tous services - Nombreux hébergements variés

Pour en savoir plus sur Saint Jean Pied de Port

camino frances

Étape : Saint-Jean-Pied-de Port - Roncesvalles (26,5 km)

La cité médiévale de Saint-Jean-Pied-de-Port et sa célèbre rue de la Citadelle aux pavés usés sont une invitation au départ ou une incitation à poursuivre la périple si on est déjà en chemin. L'étape est dure, trop dure peut être au goût du marcheur mal aguerri qui s'interroge et doute de ses forces en songeant aux jours à venir. Le franchissement des Pyrénées est un passage obligé, une épreuve tant physique que morale. Que de beauté et de fascination nous inspirent pourtant ces paysages qui jalonnent cette ancienne voie romaine de Bordeaux à Astorga et qu'empruntaient déjà les pèlerins médiévaux! Nous suivons un chemin historique et l'histoire de cette étape rejoint la légende... Celle de Roland et de son combat contre les Maures. Depuis le col d'Ibaneta où se dressait une "Durandal" enchâssée dans la pierre (elle a été décrochée et volée de sa stèle), le monastère de Roncevaux est en vue. Il abritait dès le XIIe siècle un hôpital pour les pèlerins; le refuge de la collégiale perpétue aujourd'hui la tradition.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 05 59 37 03 57

31650 Ronceveaux

(21 h )

Restauration - Banques -Cars - Hébergements divers

Pour en savoir plus sur Ronceveaux

camino frances

Étape : Roncesvalles - Larrasoana (27 km)

Cette étape nous propose une belle découverte de la Navarre pyrénéenne. Alors que nous arpentions la veille des paysages montagneux et déserts, cette étape nous voit égrener les villages au fil des kilomètres. Les bâtisses austères, assez vastes pour abriter les familles nombreuses en Pays basque, affichent le plus souvent des façades blasonnées . Certaines virent passer les pèlerins du XVIe siècle, comme en témoignent encore les dates de construction gravées sur les linteaux de porte. Le chemin d'autrefois est souvent devenu une route, alors notre itinéraire zigzague avec le bitume ou s'en écarte franchement avant de passer le col de l'Erro. La journée semble dédiée aux montagnes russes. L'approche de Zubiri nous réserve pourtant une belle descente qui met nos tendons à l'épreuve. Dès lors, nous suivrons une vallée nouvelle où court la rivière Arga qui nous escortera jusqu'à Pampelune.

Voir la fiche de l'étape

Jacques Sabatié (1996)

tél office du tourisme : 948 76 03 01

Anglès du Tarn (La Salvatat - Anglès) AAnglès du Tarn (La Salvatat - Anglès) AAnglès du Tarn (La Salvatat - Anglès) A

31630 Zubiri

(450 h)

Zubiri "le village du Pont",en Basque, est localisé 21,7 km après le départ de Ronceveaux (5h30 de pérégrination). Il possédait aussi un hôpital (léproserie) et un monastère fondé au XIe siècle qui dépendait de celui de Leyre.

Commerces - Services -Cars - Hébergements divers

En savoir un peu plus sur Zubiri

Jacques Sabatié (1996) - Gilbert Buecher (2006) - Pascal Brielles (2002)

tél office du tourisme : 0

Arles (Arles-Saint Gilles du Gard) A

31698 Larrasoana

(145 h)

Larrasoana comprenaient deux hôpitaux au XIIe siècle. La mairie, à la tête de l'association locale des Amigos del Camino, perpétue la tradition d'accueil avec son refuge municipal.

Ravitaillement possible au refuge - Hébergement (Refuge - Chambres)

Pour en savoir plus sur Larrasoana

camino frances

Étape:Roncesvalles - Larrasoana (27km)

L'étape du jour nous propose une belle découverte de la Navarre pyrénéenne. Alors que nous arpentions hier des paysages montagneux et déserts, aujourd'hui les villages s'égrènent au fil des kilomètres. Les bâtisses austères, assez vastes pour abriter les familles nombreuses en Pays basque, affichent le plus souvent des façades blasonnées. Certaines virent passer les pèlerins du XVIe siècl, comme en témoignent encore les dates de construction gravées sur les linteaux de porte. Le chemin d'autrefois est souvent devenu une route, alors notre itinéraire zigzague avec le bitume ou s'en écarte franchement avant de passer le col de l'Erro. La journée semble dédiée aux montagnes russes. L'approche de Zubiri nous réserve pourtant une belle descente qui met nos tendons à l'épreuve. Dès lors, nous suivrons la rivière Arga qui nous escortera jusqu'à Pampelune.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

31194 Arre

(1071 h)

Peu avant Pampelune on découvre Arre peu avant Villava et sommes en banlieue de Pampelune. Cette localité possède un superbe pont médiéval à cinq arches et le monastère-hôpital voient passer les pèlerins depuis le XIIIe siècle....

Commerces - Services - Cars - Hébergements (Refuges religieux -Albergue municipale)

En savoir un peu plus sur Arre

Pascal Brielles

tél office du tourisme : 848 420 420

Astorga (Hospital de Orbigo - Astorga) CF

31001 Pamplona

(203944 h)

Pamplona fondée par l'empereur Pompée et capitale de la Navarre, se confond avec l'histoire de cette province. Ses importantes fortifications rappellent que la ville s'est souvent battue! La cité est très riche et peut être n'aurez-vous pas la possibilité de tout voir (à moins que vous ne décidiez de rester un peu plus longtemps qu'une simple étape...)L'énumération suivante confirme, si besoin est, la richesse de la ville:

Tous commerces - serices - gares RENFE et routière- Variété d'hébergements

En savoir plus sur Pamplune

camino frances

Étape: Larrasoana - Pamplona - Cizur Minor (19,7 km)

La journée s'ouvre sur un décor bucolique. Le chemin se faufile à travers prés ou sous-bois en franchissant tour à tour des petits ponts en dos d'âne jetés au Moyen-Age sur le cours de l'Arga. Les églises aux allures de forteresse dominent des villages et des hameaux victimes de la désertification des campagnes. Pourtant, ces dernières années, on voit s'ouvrir ici ou là un bar, une épicerie. La renaissance du Chemin n'est pas étrangère à ce phénomène. Le monastère d'Arre marque l'entrée dans les faubourgs de Pampelune. La traversée de la capitale navarraise n'est pas à redouter. L'approche est facile jusqu'à la cité fortifiée qui regorge de trésors aux détours de ses vieilles rues pavées. L'étape est courte, c'est pourquoi nous suggérons aux marcheurs d'aller dormir au calme dans le petit bourg de Cizur Menor. La commanderie des hospitaliers n'accueille plus de pèlerins, en revanche le refuge privé est très agréable et son hospitalera aux petits soins poir chaque nouvel arrivant.

Voir la fiche de l'étape

Jacques Sabatié (2010) - Pascal Brielles (2002)

tél office du tourisme : 848 420 420

31001

Cizur Menor

(2402 h)

La journée s'ouvre sur un décor bucolique. Le chemin se faufile à travers prés ou sous-bois en franchissant tour à tour des petits ponts en dos d'âne jetés au Moyen-Age sur le cours de l'Arga. Les églises aux allures de forteresse dominent des villages et des hameaux victimes de la désertification des campagnes. Pourtant, ces dernières années, on voit s'ouvrir ici ou là un bar, une épicerie. La renaissance du Chemin n'est pas étrangère à ce phénomène. Le monastère d'Arre marque l'entrée dans les faubourgs de Pampelune. La traversée de la capitale navarraise n'est pas à redouter. L'approche est facile jusqu'à la cité fortifiée qui regorge de trésors aux détours de ses vieilles rues pavées. L'étape est courte, c'est pourquoi nous suggérons aux marcheurs d'aller dormir au calme dans le petit bourg de Cizur Menor. La commanderie des hospitaliers n'accueille plus de pèlerins, en revanche le refuge privé est très agréable et son hospitalera aux petits soins pour chaque nouvel arrivant.

Petits commerces - Services - Hébergement (refuge -Albergue)

En savoir plus sur Cizur Menor

camino frances

Étape: Larrasoana - Pamplona - Cizur -Menor (19,7km)

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 848 420 420

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

31152 Muruzabal

(235 h)

Cette localité possède sur ses terres la chapelle Sainte-Marie d'Eunates qu'il est impératif, pour un pèlerin, de découvrir même si votre parcours est rallongé de quelques 2,2 km... Vous regretteriez par la suite de ne pas avoir fait cet effort! La chapelle se situe peu de temps avant d'atteindre le terme de votre étape: Puente la Reine.

En savoir plus sur la chapelle d'Eunates

tél office du tourisme : 105,948 341 301

31100 Puente la Reina

(2889 h)

Tous commerces - Services - Cars - Hébergements variés

Pour en savoir plus sur Puente la Reina

camino frances

Étape: Cizur Minor -Puente la Reina (19,8 km)

Lorsque vous franchirez la sierra del Perdon, jetez un dernier regard vers la chaîne des Pyrénées, si majestueuse par beau temps. Vous apprécierez aussi la distanvce déjà parcourue en trois jours. Les éoliennes qui tournoient au-dessus de vos têtes, version moderne des moulins de don Quichotte, marquent l'entrée dans le cœur de l'Espagne.Ces décors qui s'élargissent à l'ouest annoncent déjà la Meseta. Du côté d'Uterga, vous rencontrerez vos premiers champs d'oliviers et les plantent aromatiques en bordure du Chemin auront les senteurs du sud. En partant de bon matin, vous aurez tout le loisir, après le détour par Eunate qui mérite un arrêt prolongé, de consacrer l'après-midi à la visite approfondie de Puente la Reina. Si vous débarquez dans la ville à la saint Jacques, le 25 juillet, vous assisterez à une fête religieuse et païenne en présence des rois de Navarre... Cité jacobine par excellence, Puente la Reina réunit tous les chemin en un seul, qui s'appellera désormais le Camino Francés.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 105,948 341 301

31130 Maneru

(445 h)

Petite localité dont les rues portent des noms évocateurs aux accents du Camino de santiago: Fe = Foi  - Esperanza = Espèrance - Caridad = Charité... En dresser la liste complète peut être une occupation amusante. Le bourg a conservé de belles demeures des XVIIe et XVIIIe siècles, dont la Casa El Palaciano, près de la Playa Mayor, qui a servi de décor au fim Tasio (1984) du cinéaste navarrais Montxo Armendariz. L'église de San Pedro, de style néoclassique est à découvrir.La cité se tient dans la partie non basque de la province et seul le castillan est langue officielle.

Ravitaillement - Restauration et  hébergements (Albergue de pèlerins)

En savoir plus sur Maneru

tél office du tourisme : 0

31131 Cirauqui

(480 h)

On découvre Cirauqui 1h35 après avoir quitté Puente la Reina (6,4 km de pérégrination). Le centre du village est bâti autour de l'église gothique San Roman dont on admirera ses portes polylobées, son autel romain et ses décorations sculptées.Elle a gardé son aspect de fortersse malgré ses multiples transformations au cours des siècles.Les rues pavées sont, quant à elles, garnies de maisons blasonnées. En quittant Cirauqui vous tombrez sur une ancienne chaussée romaine qui vous fera travedrser un pont à dos d'âne romain très bien conservé et dont le tablier fut rénové en 1702.

Commerces -Services - Hébergement (Refuge et Auberge)

En savoir plus sur Cirauqui

tél office du tourisme : 948 34 20 80

31132 Lorca

(133 h)

A découvrir l'église El Salvador qui est une église ogivale, très simple, avec un chevet roman du XIIe siècle et des adjonctions du XVIIe siècle : un retable Renaissance, le côté de l'épitre dédié à Saint-Jacques.

Dans le Guide du pèlerin, Aimery Picaud donne ce conseil :[……] en un lieu-dit Lorca, vers l'est, coule un fleuve appelé le ruisseau salé ; là, garde toi bien d'en approcher ta bouche ou d'y abreuver ton cheval, car ce fleuve donne la mort. Sur ses bords, tandis que nous allions à Saint-Jacques, nous trouvâmes deux Navarrais assis, aiguisant leurs couteaux : ils ont l'habitude d'enlever la peau des montures des pèlerins qui boivent cette eau et en meurent. A notre question ils répondirent de façon mensongère, disant que cette eau était bonne et potable ; nous en donnâmes donc à boire à nos chevaux et aussitôt deux d'entre eux moururent, que ces gens écorchèrent sur-le-champ. »

Commerces-Services-Hébergements (Albergue-Refuge pèlerins)

Lien

tél office du tourisme : 0

31132 Villatuerta

(1220 h)

Villatuerta se situe à 10,5 km après Cirauqui et à 18,1 km depuis le départ de Puente-la-Reina. Son église de la Asuncion, avec ses solides contreforts, semble avoir été construite pour résister à tous les assauts.

Commerces - Bar- Restaurant - Médecin et Pharmacie - Cars - Hébergement (Albergue)

En savoir plus sur Villatuerta

tél office du tourisme : 948 54 11 75

31200 Estella

(13991 h)

Estella ou Lizarra (en basque) signifie "Etoile", un mot lourd de signification sur le chemin de Compostelle,parfois surnommé "chemin des Etoiles",du fait de son orientation identique à celle de la Voie lactée. La ville possède des joyaux de l'art roman: L'église del Santo Sepulcro, l'église San Predo de la Rua, l'église San Miguel, le Palacio Real... (Voir la fiche de l'étape)

Tous commerces - Services - Auberge de Jeunesse - Cars - Hébergement (Refuge)

Pour en savoir plus sur Estella

camino frances

Étape: Puente la Reina - Estella (21 km)

La richesse et la variété de cette étape nous donneront l'impression en arrivant à Estella d'avoir parcouru une distance considérable. Ce constat confirme une évidence: marcher pendant vingt kilomètres donne cent fois l'occasion de s'émerveiller qu'effectuer un parcours identique au volant en quinze minutes. La N 111 recouvre en grande partie le Chemin historique. Nous la suivons à bonne distance en louvoyant. Église baroque à Maneru, romane à Villatuerta, portail mozarabe splendide à Cirauqui, ponts romains d'un bout à l'autre de l'étape: le passé resurgit à chaque instant. Nous rallions les villages traversés le plus souvent par une calle real, autre renvoi à l'histoire jacobite. A musarder ainsi, on prends le risque d'arriver bien tard à Estella qui elle aussi réserve son lot de surprises. Estella, Lizarra en basque, la ville de l'étoile est une station importante sur le chemin des étoiles avec ses kyrielles d'églises, de palais, ses veilles ruelles et ses places qui reprennent vie à l'heure du crépuscule.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 1 948 556 301

31240 Ayegui

(2395 h)

Cette localité située peu de temps après avoir quitté Estella (1,4 km - 0h25) accueille en son sein le monastère d'Irache mentionné dès 958. Le pèlerin pourra découvrir ce lieu à ne pas manquer avant, peut être, de s'arrêter ensuite devant la célèbre fontaine du même nom d'où s'écoule...le bon jus de la treille! La cité est située dans la zone non bascophone de la province. Le castillon est la seule langue officielle alors que le basque n'a pas de statut officiel.

Ravitaillement - Restauration - cars - hébergements (hôtel - appartements)

En savoir plus sur Ayegui

tél office du tourisme : 0

31208 Irache

(454 h)

Cette localité est connu par le fait qu'elle abrite le monastère de Santa Maria la Real d'Irache. Situé au pied du mont Montejurra, le mont sacré des carlistes, le monastère d'Irache a été fondé par les moines bénédictins. C’est là qu’a été construit le premier hospice du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, en 1045. On y trouvera une magnifique église romane, un cloître de style plateresque et un autre, du XVIe siècle, avec de beaux chapiteaux sculptés. Au fil des ans, le monastère est devenu une étape importante du pèlerinage, et il devrait bientôt être transformé en Parador. La richesse architecturale du site en fait une étape incontournable.

Il y a aussi les vins d'Irache qui ont une "source de vin"à la disposition des pèlerins.En effet,les viticulteurs locaux, soucieux de leur image et de la promotion des vins de la région, ont installé à la Bodegas Irache, près du monastère, une fontaine à vin permettant aux promeneurs de déguster, avec modération, les crus locaux.

En savoir plus sur le monastère d'Irache

tél office du tourisme : 0

31241 Azqueta

(48h)

Charmant petit hameau de passage indissociable de la figure de Pablito, habitant local depuis toujours, qui taille le bourdon de pèlerin avec du bois de noisetier pour l'offrir aux pèlerins de passage. Pablito est sans doute l'un des personnages les plus emblématiques du Camino Francès! On quitte cette localité avant d'affronter une terrible montée qui mène jusqu'à Villamayor de Monjardin.

En savoir plus sur Azqueta

tél office du tourisme : 0

31242 Villamayor de Montjardin

(120 h)

Cette localité est pourvue de plusieurs possibilités d’hébergement et peut être un bon lieu de repos situé à 8,2 km après Estella. Villamayor dispose aussi d'une fontaine . De facture gothique, la fuente de los Moros ne distribue que de l'eau fraîche!

Hébergement (Refuge - Albergue)

En savoir plus sur Villamayor de Montjardin

tél office du tourisme : 0

31210 Los Arcos

(1127 h)

A découvrir à Los Arcos, la calle Mayor, le chemin,jalonnée de belles maisons médiévales et Renaissance qui aboutit à la plaza Santa Maria que domine l'église de l'Assomption. Extérieurement, l'édifice mélange les styles du roman au plateresque; l'intérieur privilégie le baroque pour le grand retable et même le rococo pour le buffet d'orgue. Le cloître du XVe siècle possède la grâce du gothique flamboyant.

Commerces - Services - Cars - Hébergements (Refuges - Hôtels - Albergues)

En savoir plus sur Los Arcos

camino frances

Étape:Estella - Los Arcos (20,6 km)

Dès la sortie d'Estella, un choix cornélien s'impose: aller au plus court vers Azqueta ou bien faire le crochet par Irache. La beauté et la longue histoire du monastère méritent bien sûr un petit détour. Le marcheur sera récompensé de son surcroit d'effort (qui donne soif) par la découverte d'une fontaine de vin mise à la disposition des pèlerins par les bodegas d'Irache. Un quart ça va, une gourde, bonjour les dégâts.... Est-ce pour cette raison que la suite de l'étape est d'un tracé évident? un parcours à travers champs, puis sous les chênres verts, nous conduit en droite ligne au pied de la colline de Montjardin, puis passe près d'une citerne gothique qui renferme une eau aussi pure que fraîche! Passé Villamayor, le décor s'ouvre sur l'immensité des champs loin des villages, des routes et des arbres. Pèlerin, trois heures durant, prépare toi à n'entendre que le son de tes pas sur les gravillons de la piste. Les façades blasonnées et la belle église baroque de Los Arcos ne peuvent faire oublier que le village est à la croisée des routes. Ici, il y a comme un parfum de "Bagdad Café"et de route 66 dans les bars pour routiers.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 1 948 441 142

31220 Sansol

(87 h)

Sansol est dominé par l'église San Zoilo, dont le clocher héberge la statue médiévale de saint Pierre. Un vallon sépare la localité de Torres del Rio.

Commerces - Bar- Restaurant - Médecin et Pharmacie - Cars - Hébergement (Albergue)

En savoir plus sur Villatuerta

tél office du tourisme : 948 54 11 75

31229 Torres del Rio

(124 h)

Cette localité que l'on découvre 7,7 km après le départ de Los Arcos met en exergue l'église del Santo Sepulcro. Comme à Eunates, ce sanctuaire reprend le plan octogonal du Saint Sépulcre de Jérusalem.Ici aussi, les nervures internes de la coupole constituent un élément architectonique d'inspiration mozarabe.

Ravitaillement - Restauration - cars - hébergements (hôtel - appartements)

En savoir plus sur Torres del Rio

tél office du tourisme : 0

31230 Viana

(4260 h)

Située aux confins de la Navarre, Viana fut fortifiée dès 1219. Au Moyen Age, la cité compta jusqu'à quatre hôpitaux pour accueillir les pèlerins.La tradition hospitalière se perpétue avec le refuge de pèlerins installé à côté des ruines de l'église San Pedro. Sur la plaza de los Fueros, l'Ayuntamiento (mairie) baroque jouxte l'église Santa Maria, très vaste et gothique.

Petits commerces - Services - Hébergements (Refuge - Pension - Albergue - A l'église Santa Marie du 15/03 au 15/10)

En savoir plus sur Viana

tél office du tourisme : 948 446 302

26001/9 Logrono

(152485 h)

Logrono fut dotée dès le XIe siècle d'un pont sur l'Ebre imaginé par santo Domingo de la Calzada, grand bâtisseur, mais construit par san Juan de Ortega, son disciple. Les richesses de la ville se concentrent le long de la calle Ruavieja (le Camino). A découvrir ainsi: l'église Santa Maria de Palacio, l'église Santiago el Real,la cathédrale Santa Maria de la Redonda (Voir la fiche de l'étape)

Tous commerces - Serices - Auberge de Jeunesse - Gares RENFE et routière - Hébergement (Refuge - Hôtel - Albergue - Camping)

En savoir plus sur Logrono

camino frances

Étape: Los Arcos - Viana - Logrono (28,8 km)

Voici une longue étape qui nous fait passer de la Navarre en Rioja, une province renommée pour ses vins. En fait, nous côtoierons la vigne ainsi que l'olivier tout au long du jour.Le tracé simple jusqu'à Sansol dans un décor quasi biblique donne le ton.La chapelle romane du San Sepulcro à Torres del Rio nous confirme si besoin était que beauté rime souvent avec simplicité. ensuite le tracé se complique un peu.Le chemin se livre à une partie de cache-cache avec la N 111et joue aux montagnes russes, de plateau en vallon. La richesse de Vianna et l'ombre fraîche de ses vieilles rues seront propices à une pause prolongée aux heures chaudes, car il reste une plaine peu arborée à traverser avant d'atteindre les rives de l'Ebro et la ville de Logrono. Encore une cité superbe à explorer à l'heure du paseo sous la protection d'un Santiago apposé sur la façade de son église sous les traits belliqueux du Matamoros. Le refuge installé dans une demeure du XVIIIe siècle est l'un des plus agréables du chemin, l'assurance d'un bon repos après une journée bien remplie!

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 902 277 200

Bordeaux (Blanquefort - Bordeaux) T

Le parc de Grajera

 

Le parc de La Grajera est un immense espace naturel situé à proximité de Logrono où on peut passer des heures à se promener, manger, pêcher, jouer au paddle, au golf et observer les animaux dans une salle spécialement aménagée  à cet effet.Il permet aussi à Marcelino Lobato de se préoccuper des anes des pèlerins et peut être aussi de vous proposer d'être accompagné d'un tel compagnon!

 

lien

camino frances

Étape: Najera - Santo Domingo de la Calzada (21,3 km)

Une nouvelle fois, il est impossible de suivre le Camino historique à moins d'aimer les dangers de la N 20 et ses poids lourds.La variante établie par les villages d'Azofra et Ciruena est très plaisante.A travers vignes et cultures céréalières, vous croiserez quelques tracteurs sur les pistes et vous aurez tout le loisir d'observer la vie des champs à la vitesse de quatre kilomètres à l'heure. Vous allez découvrir Santo Domingo de la Calzada qui est une belle ville avec ses nobles demeures et sa réputation fameuse dans la mémoire du Chemin grâce à sa légende du pendu dépendu. C'est une histoire qu'il faut absolument connaître si l'on veut comprendre la présence d'un poulailler dans la cathédrale.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 33.941 341 238

26371 Ventosa

(194 h)

Petite localité  intermédiaire entre Logrono et Najera disposant d'un refuge pèlerins (San Saturnino)

Ravitaillement - Bar - Restaurant - Hébergement

Lien

tél office du tourisme : 0

 Bagnères de Bigorre) PP

26300 Najera

(8072 h)

Najera, dont le nom vient de l'arabe Naxara désignant "un lieu situé entre les rochers"; devint capitale de la Navarre en 1056. La même année, le roi Garcia IV ordonna la fondation du monastère Santa Maria la Real. L'église et les bâtiments conventuels que nous voyons aujourd'hui sont gothiques et plus tardifs. Sous le choeur, le panthéon royal héberge une trentaine de tombeaux avec des gisants, parmi lesquels celui de Dona Blanca, petite fille du Cid. Le cloître de los Caballeros (des chevaliers) est également d'une grande richesse.

Commerces - Services - Hébergement (refuge - Albergue)

En savoir plus sur Najera

camino frances

Étape: Logrono - Najera (28,2 km)

Les abords des grandes villes sont souvent redoutés par les marcheurs. La sortie de Logrono s'effectue sans encombre. On parvient vite dans la plaine, puis on atteint le parc de la Grajera. Dès l'origine de son développement, le chemin vers Compostelle a généré un axe de circulation commerciale important à travers le nord de l'Espagne. Aujourd'hui, le tracé historique est le plus souvent recouvert par des nationales quand ce n'est pas des autoroutes. Nous rallierons Navarrete par des pistes sereines mais avec en bruit de fond la circulation démente du XXIe siècle. a la sortie de la ville, admirez le portail roman du cimetière, un maçon l'a déplacé pierre par pierre depuis l'ancien hospice Saint-Jean-d'Acre qui s'élevait à l'entrée de la bourgade! Lorsque la N 120 sait se faire oublier, le parcours à travers le vignoble de la Rioja est très agréable. Najera s'étend au pied de falaises rougeâtres . de taille modeste, la ville témoigne d'un riche passé tant jacquaire qu'historique avec son panthéon royal.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 10.941 360 041

26223 Azofra

(215 h)

Ce village abritait autrefois un hôpital de pèlerins, fondé au XIIe siècle et aujourd'hui disparu. On peut y voir quelques maisons blasonnées, et en particulier la Real Casona de las Amas, construite au XVIIe siècle . L'église du village est dédiée à Nuestra Senora de los Angeles. Construite aux XVII et XVIIIe siècles, elle conserve une représentation de saint Jacques dans son retable principal.

Bar - Restaurant - Epicerie pour provisions

Lien

camino frances

Étape: Najera - Santo Domingo de la Calzada (21,3 km)

L'étape du jour se divise en deux parties bien contrastées. De Belorado à Villafranca, on évite la présence de la N 120 en louvoyant de part et d'autre. De villages modestes à demi éteints en hameaux ressuscités sous les coups de truelles des citadins en week end, on parcours des sentes herbeuses, des chemins caillouteux ou des petites routes.L'agitation des hommes et leurs traces demeurent tout de même très atténuées. Passé Villafranca, il n'y a plus que la forêt et la lande. Au Moyen-Age, les pèlerins redoutaient les loups et les brigands dans les Monts de Oca.De nos jours, plus rien à craindre de ce côté-là. On éprouvera pourtant un soulagement à la découverte de San Juan de Ortega, haut lieu du Chemin par son histoire et sa géographie. On passera la nuit derrière les vieux murs du monastère, après la traditionnelle soupe à l'ail servie pour le dîner, en songeant à la chance insolite de séjourner en pareil lieu au XXIe siècle.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

Cartelègue ( Saint Aubin de Blaye - Blaye) T

26258 Ciruena

(198 h)

Ciruena a pour particularité d'être doté d'un grand terrain de golf de 18 trous qui attire les amateurs de tranquillité. On ne peut pas dire pour autant que les golfeurs dérangent la tranquille torpeur du village. Dans ce dernier, vous pourrez voir l'église San Andrés. Bien qu'ayant été reconstruite dans les années 1960, elle est intéressante car elle date du Xe siècle, dont sont témoins les restes de sièges en albâtre de l'abside.

Bar avec menu simple.

Lien

camino frances

Étape: Santo Domingo de la Calzada - Belorado (25,1 km)

Il y a quelques vingt ans , cette étape était marquée du sceau de la "haine sans vin"en guise de sello. Désormais, on se limite à un flirt avec la N 120. On démarre loin de son tumulte par une variante mise au point jusqu'à Granon. Entre cette dernière localité et Redecilla del Camino vous quittez la Rioja pour entrer dans la région de Castille et Leon et poursuivez la découverte des coteaux, des vallons plantés de peupliers, et le Chemin qui épouse les moindres ondulations de la terre. Après...Il faut bien se résoudre à la longer, cette N 120, mais sur des pistes aménagées à quelques mètres de la chaussée.Peut être est-ce l'occasion de s'interroger sur le sens de ce voyage un peu fou. Et surtout, n'en veuillez pas à l'automobiliste ou au routier qui interrompt votre rêverie par deux coups de klaxon fracassant. C'est sa façon à lui de vous dire: "Buen viaje pérégrino", et le courant d'air qu'il génère remplace la traditionnelle et amicale tape sur l'épaule...

Voir la fiche de l'étape

Jacques Sabatié (2010)

tél office du tourisme : 2. 947 580 815

Bordeaux (Blanquefort - Bordeaux) T

26250 Santo Domingo de la Calzada

(6276 h)

Santo Domingo de la Calzada tire son nom du moine bénédictin, né en 1019 et connu pour ses constructions: ponts, églises et hôtelleries destinées aux pèlerins.Vous pourrez découvrir la cathédrale, la plaza del santo ainsi que la maison de san Domingo (Voir la fiche de l'étape)

Tous commerces - Services - Cars - Hébergement (Refuge - Camping - Chambres)

En savoir plus sur Santo Domingo de la Calzada

camino frances

Étape: Najera - Santo Domingo de la Calzada (21,3 km)

Une nouvelle fois, il est impossible de suivre le Camino historique à moins d'aimer les dangers de la N 20 et ses poids lourds.La variante établie par les villages d'Azofra et Ciruena est très plaisante.A travers vignes et cultures céréalières, vous croiserez quelques tracteurs sur les pistes et vous aurez tout le loisir d'observer la vie des champs à la vitesse de quatre kilomètres à l'heure. Vous allez découvrir Santo Domingo de la Calzada qui est une belle ville avec ses nobles demeures et sa réputation fameuse dans la mémoire du Chemin grâce à sa légende du pendu dépendu. C'est une histoire qu'il faut absolument connaître si l'on veut comprendre la présence d'un poulailler dans la cathédrale.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 33.941 341 238

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

26259 Granon

(235 h)

Granon aujourd'hui modeste village comptait un château dès le Xe siècle , puis deux monastères et deux hôpitaux.

Commerces - Bar-restaurant - Médecin et Pharmacie - Banque - Hébergements (refuge paroissial-albergue-Casa rural-AJ

En savoir plus sur Tardajos

tél office du tourisme : 0

09259 Redecilla del Camino

(103 h)

Redecilla del Camino comptait un hôpital. Au XVIe siècle, les villageois se cotisèrent pour offrir un enterrement décent à un pèlerin français mort sans le sou.La localité est située 11,4 km après le départ de Burgos.Reconstruite entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, l'église Nuesta Senora de la Calle abrite un superbe ensemble de retables, un mobilier rococo et de magnifiques fonts baptismaux.

Commerces - Bar - Restaurant (avec petite épicerie) - Médecin

En savoir plus sur Redecilla del Camino

tél office du tourisme : 0

09259 Castildelgado

(35 h)

Castildelgado possède l'église San Pedro.Ce temple paroissial de style gothique tardif abrite les restes du plus illustre enfant du pays : Don Francisco Delgado, évêque de Jaén et Lugo, puis archevêque de Burgos. Il possède une tour élégante et d'intéressants retables baroques. Dans le grand retable, on remarque l'image de la Vierge à l'Enfant, qui date du premier tiers du XIIIe siècle.

Hébergements (Chambres d'hôte)

Lien

tél office du tourisme : 0

09259 Viloria de Rioja

(37h)

C'est un très modeste village, largement ruiné, mais avec une architecture surprenante au premier abord, car les maisons sont à pans de bois à remplage de torchis alors qu'on ne voit pas un seul arbre à l'horizon. La tradition selon laquelle tout le pays fut boisé de chênes avant les mises en cultures intensives, aidées peut-être d'une mutation climatique, n'est pas une légende.C'est le village natal de saint Dominique de la Chaussée, saint espagnol.Dans l’église sont conservés les fonts baptismaux où il fut baptisé.

Hébergement: Refuge privé de 16 places

Lien

tél office du tourisme : 0

09259 Villamayor del Rio

(43h)

Village qui conserve une belle église, San Gil Abad, à l'origine incertaine, restaurée au XVIIIe siècle à partir d'un hospice de pèlerins. Son architecture est sur le modèle des municipalités populaires de la région, avec des maisons en pierres, à colombages dans les étages supérieurs et des chaussées bordées de gravier.

Bar-restaurant - Alimentation - Hébergement: Refuge pèlerins de 26 places

Lien

tél office du tourisme : 0

09250 Belorado

(1780 h)

Belorado se développa dès 1116 grâce aux Francs qui cohabitaient en harmonie avec les Maures et les Juifs.La cité comptait deux hôpitaux et neuf paroisses. Subsistent Santa Maria la Mayor et Santa Maria de Belén, laquelle s'élève sur l'emplacement d'un ancien hôpital. San Pedro domine la plaza Mayor qui s'anime le soir en réunissant la population et les pèlerins de passage.

Tous commerces - Services - Hébergement (Refuge -Auberge de jeunesse- Albergue).

En savoir plus sur Belorado

camino frances

Étape: Santo Domingo de la Calzada - Belorado (25,1 km)

Il y a quelques vingt ans , cette étape était marquée du sceau de la "haine sans vin"en guise de sello. Désormais, on se limite à un flirt avec la N 120. On démarre loin de son tumulte par une variante mise au point jusqu'à Granon. Entre cette dernière localité et Redecilla del Camino vous quittez la Rioja pour entrer dans la région de Castille et Leon et poursuivez la découverte des coteaux, des vallons plantés de peupliers, et le Chemin qui épouse les moindres ondulations de la terre. Après...Il faut bien se résoudre à la longer, cette N 120, mais sur des pistes aménagées à quelques mètres de la chaussée.Peut être est-ce l'occasion de s'interroger sur le sens de ce voyage un peu fou. Et surtout, n'en veuillez pas à l'automobiliste ou au routier qui interrompt votre rêverie par deux coups de klaxon fracassant. C'est sa façon à lui de vous dire: "Buen viaje pérégrino", et le courant d'air qu'il génère remplace la traditionnelle et amicale tape sur l'épaule...

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 2. 947 580 815

09258 Tosantos

(53 h)

Petit village d'une cinquantaine d'habitants dont l'histoire remonte au Xe siècle. Les archives précisent qu'au XIVe siècle la commune fut rachetée par la localité voisine de Belorado dont elle devient un quartier. Sa petite église, sans grand intérêt touristique mais qui peut constituer une pause fraîcheur, est dédiée à saint Étienne. À quelques minutes de là, on peut également voir l'ermitage de Nuestra Señora de la Peña, creusé dans la montagne, qui date du XVIIe siècle. La statue de la Vierge qui y est abritée date quant à elle du XIIe. Vous pourrez vous rafraîchir ou acheter un sandwich dans l'unique bar du village, situé en plein sur la N-120.De Tosantos (Toussaint) on aperçoit à droite les murs du sanctuaire de la Virgen de la Pena creusé dans la montagne, la statuette de cette vierge du Pic, est du XIIe siècle

Bar-Restaurant-Boulangerie-Hébergement (Refuge paroissial - Albergue)

Lien

tél office du tourisme : 0

09258 Villambistia

(45 h)

Le village de Villambistia conserve une église dédiée à saint Étienne, fort jolie, qui fut construite en 1712. Formée d'une nef unique à trois travées, vous y trouverez le retable qui jadis ornait le couvent de San Francisco de Belorado tout proche. De l'autre côté de la rivière, vous pourrez voir les restes de l'ermitage San Roque, personnage révéré par les pèlerins, qui date du début du XIXe siècle. Un monument dédié aux pèlerins complète le patrimoine culturel de Villambistia.

Hébergement (L'Albergue de San Roque)

Lien

tél office du tourisme : 0

09258 Espinosa

(44 h)

Dans l’église de l’Assomption se trouve une statue romane et polychrome de San Indalecio, évangélisateur présumé de la contrée.

Hébergement (Albergue)

Lien

tél office du tourisme : 0

09257 Villafranca Montes de Oca

(117 h)

Village peuplé d'un peu moins de 200 habitants, Villafranca est l'ancienne Auca du monde romain. Son premier évêque aurait été saint Indaletius, évangélisateur de cette partie de l'Espagne pendant le Ier siècle. L'église du village est dédiée à saint Jacques, qui aurait nommé lui-même Indaletius. Construite en 1800 dans un style néoclassique, elle abrite un bénitier réalisé à partir d'une énorme coquille rapportée des Philippines, ainsi que deux statues du saint, dont l'une comporte un reliquaire. À l'extérieur du village, on peut aller visiter l'ermitage de la Virgen de Oca, le lieu du martyre de saint Indaletius, selon la tradition.


Commerces - Bar- Restaurant - Médecin et Pharmacie - Cars - Hébergement (Albergue)

En savoir plus sur Villafranca Montes de Oca

tél office du tourisme : 0

09199 San Juan de Ortega

(21 h)

San Juan de Ortega (ou Saint-Jean-des-Orties),né vers 1080, désigne le saint bâtisseur, disciple de santo Domingo de la Calzada, et le monastère dont il fut le maître d'oeuvre. Il construisit aussi des ponts à Logrono et à Najera. A son retour de Jerusalem, d'où il rapporta une relique de saint Nicolas, san Juan de Ortega fonda un ermitage dans les monts de Oca pour l'accueil des pèlerins. En 1477, fut construite l'église que nous pouvons voir aujourd'hui avec sa façade classique rajoutée au XVIIe siècle.A l'intérieur, le chapiteau de la Nativité est fameux.A chaque équinoxe, à 17 h précises, se produit le miracle de la Lumière: un rayon de soleil vient illuminer le chapiteau, symbole de la descente de l'Esprit Saint sur la Vierge. Le mausolée San Juan de Ortega est une oeuvre gothique de style isabellin.La crypte abrite le tombeau roman du XIIe siècle.

Bars - Restaurant - Alimentation - Hébergements (Refuge et Chambres)

En savoir plus sur San Juan de Ortega

camino frances

Étape:Belorado - San Juan de Ortega (24,4 km)

L'étape du jour se divise en deux parties bien contrastées. De Belorado à Villafranca, on évite la présence de la N 120 en louvoyant de part et d'autre. De villages modestes à demi éteints en hameaux ressuscités sous les coups de truelles des citadins en week end, on parcours des sentes herbeuses, des chemins caillouteux ou des petites routes.L'agitation des hommes et leurs traces demeurent tout de même très atténuées. Passé Villafranca, il n'y a plus que la forêt et la lande. Au Moyen-Age, les pèlerins redoutaient les loups et les brigands dans les Monts de Oca.De nos jours, plus rien à craindre de ce côté-là. On éprouvera pourtant un soulagement à la découverte de San Juan de Ortega, haut lieu du Chemin par son histoire et sa géographie. On passera la nuit derrière les vieux murs du monastère, après la traditionnelle soupe à l'ail servie pour le dîner, en songeant à la chance insolite de séjourner en pareil lieu au XXIe siècle.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

09199 Agés

(65 h)

Première localité que l'on découvre après notre départ de San Juan de Ortega après une heure de pérégrination.

 

Lien

tél office du tourisme : 0

09199 Atapuerca

(194 h)

Atapuerca est un village enclavé sur le flan nord de la Sierra. Au XIIe siècle, le roi Alphonse VII fit cadeau de cette cité aux hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui y fondèrent ce qui semble être la première fondation d'assistance de cet Ordre sur le chemin. Aujourd'hui cette petite localité est surtout connue pour Les grottes de la Sierra d'Atapuerca qui  contiennent de riches vestiges fossiles des premiers êtres humains à s'installer en Europe depuis près d'un million d'années jusqu'à notre ère. Elles constituent une réserve exceptionnelle de données dont l'étude scientifique fournit des renseignements inestimables sur l'aspect et le mode de vie de ces lointains ancêtres de notre espèce.

Bar-restaurant-Alimentation-Hébergerments (Hôtel-Refuge privé-Albergues)

En savoir plus sur Atapuerca

tél office du tourisme : 0

09199 Olmos d atapueertae Atapuerca

(58 h)

Quel que peu hors chemin beaucoup de pèlerins font un léger détour par Olmos où est située l'église de la Natvité

Hébergement (Albergue)

Lien

tél office du tourisme : 0

09192 Cardenuela Riopico

(109 h)

Le village peut paraître endormi – et pour cause, on y compte quelques 100 habitants – et pourtant il offre un lieu de halte privilégié avec plusieurs auberges, et plusieurs petits bars-restaurants où prendre un repas réparateur. Sa petite église et le cimetière attenant ne cherchent pas à impressionner avec une histoire prestigieuse, mais sont néanmoins charmants et méritent une petite pause. On peut facilement passer à côté du village sans vraiment le voir car il est comme caché par une colline, et pourtant juste un petit détour par le centre du village ne vous prendra que quelques minutes et vous changera de la monotonie du chemin de campagne.

Bars - Restaurants - Auberge municipale de 16 places

 

Lien

tél office du tourisme : 0

31241 Orbaneja del Castillo

(48h)

Orbaneja del Camillo est un petit village qui est l'une des plus belles localités dans la province de Burgos. En aucun moment, le pèlerin ne peut s'soler du bruit provenant de la cascade qui naît au centre même d'Orbaneja. Ses eaux cristallines jaillissent de la base par la grotte de l'Eau, une caverne qui s'ouvre dans le "cantil" rocheux qui domine la cité. C'est véritablement un lieu charmant apprécié à sa juste valeur.

Lien

 

tél office du tourisme : 0

09192 Villafria de Burgos

(985 h)

La proximité de cette cité avec Burgos explique la quasi-disparition du patrimoine traditionnel. Au sein de cette petite localité on porra découvrir l'église paraissiale de San Esteban ainsi qu'une belle fontaine.

Lien

tél office du tourisme : 0

09199 Castanares

(424 h)

Castanares, quoique pratiquement intégrée dans l'agglomération de Burgos, est une cité indépendante  située à environ 7 kilomètres à l'est du centre-ville de la capitale de la Castille-et-Léon.On pourra y découvrir son église de San Quirico et Santa Julita

 

Lien

tél office du tourisme : 0

09193 Castrillo del val

(835 h)

Petite cité localisée sur la variante sud de San Juan à Burgos

Lien

tél office du tourisme : 0

26371 Gamonal de Riopico

(env. 60000 h)

Gamonal de Riopico a été intégré à la ville de Burgos en 1955 en tant que quartier qui est d'ailleurs le plus peuplé de la ville. C'est un jalon sur l'une des variantes du Camino Frances pour l'entrée de la ville par le nord-est. On pourra découvrir dans ce quartier l'église Nuestra Senora la Real et à proximité  son calvaire.

Tous les services et commerces de Burgos

Lien

tél office du tourisme : 0

09001/7 Burgos

(176418 h)

Burgos, sans doute fondée au IXe siècle, constituait un avant-poste militaire face aux musulmans. La cité dépendait du royaume de Leon.Vers 1030,elle devint la capitale des provinces réunifiées de Castille et Leon, et joua un rôle important dans la Reconquista grâce au chevalier Rogrigo Diaz de Bivar, dit le Cid. Au début du XIIe siècle, les pèlerins découvrent le chantier des fondations de la future cathédrale. Burgos dispose alors d'une vingtaine d'hôpitaux. On découvrira avec grand intérêt la cathédraSanta Maria, la porte Santa Maria et le monastère royal de las Huelgas (Voir la fiche de l'étape)

Tous commerces - Services - Gares RENFE et routière - Hébergement (Refuges - Auberge de Jeunesse - Hôtels)

En savoir plus sur Burgos

camino frances

Étape: San Juan de Ortega - Burgos (28,8 km)

L'étape est longue et vous vous demanderez certainement le soir venu comment vos jambes ont pu vous porter depuis ce monastère perdu au fond des bois jusqu'au cœur de Burgos, la plus grande ville traversée par le Camino.L'étape précédente vous a familiarisé avec la solitude. Elle sera encore votre compagne de chemin jusqu'à Castanares: forêt touffue, collines chauves et village à demi désertés. A partir de Castanares, le tracé officiel suit la N 120jusqu'au centre de Burgos. La variante par Fuentes Blancas et les rives de l'Arlanzon est de loin préférable. On pourra même faire le détour par la Cartuja de Miraflores, une chatreuse en pur gothique flamboyant. Ce petit écart promet une arrivée tardive à Burgos, rendant impossible la visite de la ville le jour même. Le motif touristique peut être un bon prétexte pour faire une pause d'une journée après presque deux semaines de marche. La cité du Cid mérite bien un point d'orgue dans le long cheminement vers la Galice.

 

Voir la fiche de l'étape

Pierre Catoire (2005) - Pascal Brielles (2002)

tél office du tourisme : 947 288 874

09197 Villalbilla de Burgos

(1495 h)

Commune qui conserve une église dédiée à l'Ascension du XVe siècle. L'intérieur n'est pas d'un intérêt démesuré surtout en comparaison des dizaines de lieux de culte que vous aurez pu ou pourrez voir sur le chemin, mais l’extérieur a conservé un certain charme. Le reste du village, s'il reprend les codes architecturaux des villages de la région avec ses maisons basses et la prédominance de la pierre, n'est pas non plus d'une grande valeur  En revanche, il constitue une halte très commode pour déjeuner et faire des provisions (vous trouverez sur place une épicerie, une boulangerie, un bar, etc...)

Commerces-Services-Hébergements (Pension - Hôtel)

Lien

tél office du tourisme : 0

09130 Tardajos

(783 h)

L'église Santa Maria se dresse dans le noyau primitif du village.Les pèlerins médiévaux redoutaient le franchissement de l'Arlanzon, puis de l'Urbel en raison de leurs crues et les zones marécageuses qu'il fallait traverser.Nous sommes ici après 8,6 km parcourus depuis le départ de Burgos.

Commerces - Services - Hébergements (Refuge - Pension)

En savoir plus sur Tardajos

tél office du tourisme : 0

09130 Rabé de las Calzada

(229 h)

Rabé de las Calzada est né vers l'an 950 grâce au chemin, comme le laisse supposer son nom.A mi-distance de Hornillos, il existait au Moyen Age l'hôpital Santa Maria de las Torres dont il n'existe aucune trace . La localité se situe à 10,1 km du départ de Burgos.

Bar - Restaurant - Hébergement (Refuge privé - Auberge)

En savoir plus sur Rabé de las Calzada

tél office du tourisme : 0

09132 Hornillos del Camino

(59 h)

Hornillos del Camino compte 2000 ans d'histoire.Vicus romain,hameau wisigoth,il se développe avec le chemin et selon la volonté des rois de Castille qui y fondent des hôpitaux. Le plus important est confié à des bénédictins dépendant de Saint Denis de Paris, puis de N.D. de Rocamadour.La rue principale correspond au chemin, avec sur la droite l'église San Roman, un édifice gothique. L'ancien presbytère s'était installé dans l'hôpital médiéval du Sancti Spiritus dont il reste une croix jacquaire.

Bar - restaurant - Hébergement (Refuge - Albergue - Casa Rural)

En savoir plus sur Hornillos del Camino

camino frances

Étape: Burgos - Hornillos del Camino (19,1 km)

Le programme de la journée nous donne un bref aperçu de ce qui nous attend jusqu'aux monts de Leon: la traversée de la Meseta pendant deux cents kilomètres! C'est un plateau qui s'élève à huit ou neuf cents mètres d'altitude, glacial et balayé par les vents d'ouest en hiver , torride et incendié par le soleil, sans beaucoup d'ombre, en été. A condition de partir de bon matin, bien chapeauté et avec une seconde gourde, le cheminement, à travers ces grands espaces sous un ciel immense, loin d'être un calvaire, devient un exercice où l'esprit vagabonde, médite, s'égare.Le marcheur quand à lui ne risque pas de se perdre, du moins géographiquement, tant le balisage est évident. L'égarement intérieur est une autre histoire... C'est sans doute dans cette portion que le Chemin de Compostelle se distingue d'une simple randonnée. Les paysages traversés ne sont ni pittoresques, ni variés, mais ils recèlent une beauté épurée, quasi abstraite. Chacun jugera du découpage qui lui convient le mieux. Dans la Meseta, certains ralentissent tandis que d'autres se voient pousser des ailes.

09227 Arroyo San Bol

(pas d'habitant)

San Bol ou Sambol anciennement San Baudillo est un despoblado (localité dépeuplée). San Bol est situé aux abords du ruisseau Arroyo de San Bol, dans une petite vallée, créant ainsi une sorte d'oasis dans la monotonie de la meseta.  L'ancien village semble avoir été abandonné vers 1503 pour des raisons inconnues. La disparition de l'ancien village San Baudilio survint peut être à cause de l'abandon d'un monastère de l'ordre de Saint Antoine au XVe siècle ou plus vraisemblablement à la suite du décret d'expulsion des jufs en 1492 promulgué par les Rois catholiques. En effet une majorité de juifs Séfarades habitait alors dans le village.

Auberge  Arroyo de San Bol (12 places)

Lien

tél albergue: (+34) 606 893 407

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

09227 Hontanas

(74 h)

Hontanas (les Fontaines) exhibe une belle architecture et abrite l'église de la Immaculada, d'origine gothique.Nous sommes quasiment à la moitié de l'étape qui mène à Castrojeriz (10,5 km)

Bar - Restaurant - Médecin -Hébergements (Refuge pèlerins -Auberge - Chambres d'hôte - Gite)

En savoir plus sur Hontanas

tél office du tourisme : 0

09110 San Anton

(Pas d'habitant)

Le monastère San Anton et son hôpital furent fondés vers 1146 et confiés à des moines antonins. Les bâtiments qui furent agrandis aux XIVe et XVe siècles ne sont plus que des ruines. Nous sommes à 3,9 km de Castrojeriz.

En savoir plus sur San Anton

tél office du tourisme : 0

09110 Castrojeriz

(782 h).

Tous commerces - serices - Hébergement (Refuge - Albergue -Camping - Casa Rural)

En savoir plus sur Catrojeriz

camino frances

Étape: Hornillos del Camino - Castrojeriz ( 19,7 km)

Jusqu'au village d'Hontanas, les paysages et le tracé du chemin ne sont guère différents de ceux rencontrés la veille.Les plateaux arides aux horizons sans limites alternent avec des vallons cultivés où coule parfois un ruisseau. c'est le cas de l'arroyo Sambol avec son refuge au confort spartiate. Le calme et la beauté du lieu vous laisseront un souvenir impérissable , si d'aventure vous décidiez d'y faire étape pour la nuit.Hontanas est un vrai village avec un vrai refuge, installé dans une maison de pierre restaurée avec goût. Le changement de décor intervient à partir de ce point. Nous allons suivre la vallée verdoyante du Garbanzuelo (petit pois chiche en castillan). Le chemin file à flanc de colline avant de rejoindre la petite route historique pour passer sous l'arche ruinée du couvent de San Anton. droit devant se profile déjà la silhouette de la collègiale NS del Manzano, dominée par la colline et les ruines d'un château fort. Castrojeriz est l'ancien "Castrum Segerici", fondé au VIIIe siècle. Ce village-rue,à l'instar de tant d'autres le long du Camino, ne doit son développement qu'aux passages permanents des pèlerins au fil des siècles.

Voir la fiche de l'étape

Jacques Sabatié (1996) - Gilbert Buecher (2006) - Pascal Brielles (2002)

tél office du tourisme : 3.947 377 001

34468 Itero de la Vega

(154 h)

Localité située 10,8 km après notre départ de Castrojeriz.... Il reste 14,7 km pour atteindre Fromista!

Petits commerces - Restaurant - Médecin - 2 refuges pèlerins

En savoir plus sur Itero de la Vega

tél office du tourisme : 0

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

34468 Boadilla

(117 h)

Ce village possède l'une des plus belles colonnes de Castille de la région, dressée en plein milieu de la place principale. Construite au XVe siècle dans un style gothique, elle représente de riches motifs taillés dans la pierre, notamment des coquilles Saint-Jacques. Juste à côté, l'église de Nuestra Señora de la Asunción, construite aux XVIe et XVIIe siècles, vaut une visite à votre passage. Elle est dotée d'un bénitier roman et d'un retable Renaissance, tous deux remarquables. Vous trouverez dans le village quelques rares commerces, dont une épicerie pour faire vos emplettes et un bar pour une petite pause.

Ravitaillement-Bar-restaurant-Médecin-Hébergements (Refuge pèlerins-Albergues)

Lien

tél office du tourisme : 0

34440 Fromista

(784 h)

Fromista, fondée à l'époque romaine, tire son nom de fromentum, le blé en latin.On peut y voir sur les hauteurs l'ermitage de la Virgen del Otero, sainte patronne locale. Frómista conserve un riche patrimoine religieux, et en particulier un très bel exemple d'architecture romane avec son église San Martín. On peut également visiter l'église Santa María del Castillo et son exposition Vestigia, qui retrace l'histoire de la commune et du chemin de Saint-Jacques, ainsi que l'église San Pedro (XVIe siècle) et sa façade Renaissance.

Tous commerces -services - gares RENFE et routière - Hébergement (Refuge - Albergue - Hôtel)

En savoir plus sur Fromista

camino frances

Étape: Castrojeriz - Fromista ( 26,1 km)

voici une étape superbe, riche en joyaux romans, au cœur de la Meseta et à l'écart du goudron. On attaque par une rude montée pour accéder au plateau de Mostelares. Puis, une longue descente ào travers champs (une mer de blé et des myriades de coquelicots au printemps) nous achemine jusqu'à l'ermita de San Nicolas, un hôpital fondé en 1171. Restauré par une équipe italienne des Amis de Saint Jacques, l'édifice roman accueille à nouveau les pèlerins. A quelques pas de là, le pont médiéval sur le rio Pisuerga nous fait pénétrer dans la province de Palencia. Les pistes volontaires dirigées vers l'ouest traversent une campagne hérissée de beaux pigeonniers. A Boadilla del Camino, ne manquez pas el Rollo, un pilori du XVe siècle, s'élevant au pied dune église colossale pour un si modeste village. Notre itinéraire emprunte en suivant le chemin de halage du canal de Castille.C'est un ouvrage bien postérieur à l'histoire du Camino, mais si tranquille, un havre de fraîcheur qui nous conduit jusqu'à l'entrée de Fromista.La journée n'est pas terminée , car la ville recèle des richesses architecturale, dont l'église San Martin, un édifice roman très épuré, à l'image des terres que nous parcourons depuis deux jours.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 979 810 113

34449 Poblacion de Campos

(126 h)

En arrivant dans ce village, on peut voir sur la gauche l'ermitage de San Miguel, construction simple et harmonieuse qui daterait du XIIIe siècle. Près du pont qui traverse le río Ucieza se dresse l'ermitage de Nuestra Señora del Socorro, de style roman, construit vers le XIIe ou XIIIe siècle. Enfin, dans la partie haute du village, on peut admirer l'église Santa María Magdalena (XVIe siècle) qui conserve un bénitier du XIVe siècle et plusieurs retables du XVIIIe siècle.

Bars - Epicerie -Hébergement: (Refuge pèlerins de 18 places)

Lien

tél office du tourisme : 0

34447 Revenga de Campos

(136 h)

Bar

Ce petit village  possède l'église dédiée à San Lorenzo, construite au XIIIe siècle puis rénovée au XVIe siècle. Elle abrite plusieurs retables baroques et mérite une visite avant de passer à l'étape suivante. Quelques belles maisons blasonnées se croisent le long de la rue principale et dans les ruelles attenantes, dont certaines du XVIe siècle. L'une d'elles est censée avoir hébergé l'empereur Charles Quint (Carlos V) lors d'un passage dans les environs. Une statue moderne de Jacobeo datant de 2004 s'érige en hommage aux pèlerins de tous pays.

Lien

tél office du tourisme : 0

34449 Villovieco

(66 h)

La commune de Villovieco est située sur le versant oriental de la province castillane de Palencia.On pourra découvrir son église de Santa Maria  du XVIe siècle

Lien

tél office du tourisme : 0

31130 Villarmentero

(445 h)

Petite localité dont les rues portent des noms évocateurs aux accents du Camino de santiago: Fe = Foi  - Esperanza = Espèrance - Caridad = Charité... En dresser la liste complète peut être une occupation amusante. Le bourg a conservé de belles demeures des XVIIe et XVIIIe siècles, dont la Casa El Palaciano, près de la Playa Mayor, qui a servi de décor au fim Tasio (1984) du cinéaste navarrais Montxo Armendariz. L'église de San Pedro, de style néoclassique est à découvrir.La cité se tient dans la partie non basque de la province et seul le castillan est langue officielle.

Ravitaillement - Restauration et  hébergements (Albergue de pèlerins)

Lien

tél office du tourisme : 0

34449 Villacazar de Sirga

(174 h)

Ce petit village  perdu au milieu des champs comme la plupart de ses voisins doit sa notoriété (toute relative) à une série de miracles attribués à la statue de Santa Maria La Blanca. L'église du village, du même nom que la sainte à laquelle elle est dédiée et construite par l'ordre des Templiers, vaut une visite. Peu d'intérêt touristique dans le village en dehors de l'église, mais le lieu est agréable et mérite une petite halte pour recharger ses batteries. Malgré sa taille plus que modeste, on y trouve une épicerie pour se ravitailler, ainsi que plusieurs restaurants. Un petit parc à l'entrée du village permet de pique-niquer.

Petits commerces - Bar - Restaurants - Médecin - Hébergements (Refuge pèlerins - Hôtel - Chambres)

En savoir plus sur Villacazar de Sirga

tél office du tourisme : 0

34120 Carrion de los Condes

(2035 h)

Carrion de los Condes comptait douze paroisses et autant d'hôpitaux pour accueillir les pèlerins au XIIe siècle; Aymeri Picaud soulignait sa prospérité. La ville conserve un important patrimoine médiéval, à savoir: le couvent Santa Clara, Santa Maria del Camino ou de la Victoria , l'église Santiago et le monastère San Zoilo (Voir la fiche de l'étape)

Tous commerces et services - Hébergement (Refuge - Camping - Albergue - Chambres )

En savoir plus sur Carrion de los Condes

camino frances

Étape: Fromista - Carrion de los Condes (20,8 km)

Le tracé officiel suit l'itinéraire historique recouvert par le bitume. perspective peu attirante que cet "andadero", une piste aménagée le long d'une route très passante jusqu'à Carrion. Antérieurement été décrit un itinéraire inédit le long du rio Ucieza. Cette option plus agréable semble avoir de nombreux adeptes comme en témoigne un balisage partiel. Passé la Virgen del Rio, le parcours que nous décrivons dans l'étape n'est pas balisé. il mérite juste un peu d'attention à la hauteur du village de Villacazar de Sirga. Ensuite, c'est un beau chemin de terre, assez rectiligne qui ondule à travers champs. Toutefois, par temps de pluie, la boue peut être un obstacle.Dans ce cas, mieux vaut rejoindre Villacazar de Sirga, visiter sa belle église Santa Maria la Blanca aux proportions de cathédrale, puis terminer par le camino officiel. L'étape plutôt courte laissera un peu de temps pour inventorier les vestiges de Carrion de los Condes, qui sont nombreux.

Voir la fiche de l'étaoe

Gilbert Buecher (2006) - Pascal Brielles (2002) - Pascal Brielles (2002) - Paul Herman (2009)

tél office du tourisme : 979 880 932

34309 Calzadilla de la Cueza

(60 h)

Calzadilla de la Cueza, un village aux maisons d'adobe, est traversé de part en part par le Camino, l'acienne voie romaine Aquitania qui reliait Bordeaux à Astorga. L'église San Martin possède un retable Renaissance du XVIe siècle  en provenance de l'abbaye Santa Maria de las Tiendas (ancien hôpital) qui s'élevait à un kilomètre à l'ouest de Calzadilla. Sa destruction est très récente.Le village en lui-même, qui n'a guère d'activité économique en dehors du pèlerinage de Saint-Jacques, est centré autour de l'accueil des pèlerins et plusieurs aires sont aménagées pour leur permettre de faire une halte agréable.

Boulangerie - bar - restaurant - médecin - Hébergement ( Refuge pèlerins et Albergue municipale)

En savoir plus sur Calzadilla de la Cueza

camino frances

Étape: Carrion de los Condes - Calzadilla de la Cueza (16,8 km)

Courte étape vous donnant la possibilité de traîner le matin à Carrion. Le tracé proposé est si évident qu'on pourrait tenter la balade les yeux fermés.Attention pourtant à ne pas envisager ces seize kilomètres comme une simple promenade digestive. Remplir la gourde (ou même deux) et mettre le chapeau (même ridicule). Sou le soleil estival, la Calzada de los Pérégrinos peut tourner au cauchemar. C'est une ligne droite au milieu d'une plaine où rien ne domine sinon les silhouettes trapues de quelques chênes esseulés. Pas de village, ni de hameau, un ou deux hangars agricoles ici ou là. Face à ce vide, d'aucuns ressentent de la crainte et s'enferment, le baladeur scotché aux oreilles. C'est pourtant le moment ou jamais de se mettre à l'écoute pour apprécier le silence, si précieux par les temps qui courent, et d'ouvrir grands les yeux pour savourer l'immensité.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

34347 Legidos

(66 h)

Petit et beau village en adobe, entouré de pigeonniers ,que l'on découvre après une pérégrination de 6,3 km après avoir quitté Calzadilla de la Cueza (1h35). Église paroissiale dédiée à Santiago qui abrite différentes représentations du saint: en apôtre,en pèlerin et en matamoros

En savoir plus sur Legidos

tél office du tourisme : 0

34349 Terradillos de Templarios

(60 h)

L'une des dernières étapes de la province de Palencia avant d'arriver en León, ce village  était jadis un fief de l'ordre des Templiers, dont la mission était de protéger les pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques, dont certaines portions étaient loin d'être sûres, sujettes au banditisme. Son existence est mentionnée dans les archives de l'abbaye de Sahagún dès le XIe siècle. Son église de San Pedro conserve un crucifix gothique qui date du XIVe siècle.. Tous les ans le 29 juin, des célébrations sont organisées dans la commune, avec messes, jeux, nombreux stands de cuisine locale.

Boulangerie- Bar -Restaurant - Médecin - Hébergement (Refuge privé de los Templarios - Auberge Jacques de Molay)

Lien

tél office du tourisme : 0

34349 Moratinos

(65 h)

La commune de Moratinos a son église paroissiale Santo Tomas. Cet édifice en briques à une seule nef possède une toiture plate et une coupole surbaissée au-dessus du presbytérium.

Hébergement: Hôtel - Auberege de Jeunesse

Lien

tél office du tourisme : 0

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

34349 San Nicolas del Real Camino

(46 h)

Granon aujourd'hui modeste village comptait un château dès le Xe siècle , puis deux monastères et deux hôpitaux.

Commerces - Bar-restaurant - Médecin et Pharmacie - Banque - Hébergements (refuge paroissial-albergue-Casa rural-AJ

Lien

tél office du tourisme : 0

Le Puy en Velay (Le Puy en Velay - Saint Privat d'Allier) LP

24320 Sahagun

(2477 h)

Sahagun xse situait au carrefour de voiex importantes à l'époque romaine. La cité fut totalement ravagée par Almazor au IXe siècle. L'arrivée en 904 de moines ayant fui Cordoue redonna vie à la cité. Son rayonnement spirituel, dès le XIe siècle fut tel que l'on compare souvent Sahagun à Cluny. Les édifices religieux de la ville sont en briques pour la plupart et de style roman-mudéjar.On découvria sucessivement l'église de la Trinidad, San Juan de Sahagun, San Lorenzo, San Tirso de Sahagun (Voir la fiche de l'étape).

Tous commerces - services - gares RENFE et routière - Hébergement (Refuge -Albergue - Hôtel )

En savoir plus sur Sahagun

camino frances

Étape: Calzadilla de la Cueza - Sahagun (24,3 km)

Une fois encore, le chemin officiel s'évertue à suivre la N 120 au moyen d'une "Senda de peregrinos". Les variantes décrites sur notre fiche (plus ou moins balisées)nous conduisent loin du goudron , par monts et par vaux, sur une distance à peine plus longue. Après Ledigos, nous raillerons un chapelet de petits villages par des pistes agréables et changeantes, jalonnées de pigeonniers en adobe. Terradillos de los Templarios ou San Nicolas del Real Camino, à défaut de présenter des joyaux d'architecture, portent des noms émouvants qui témoignent de leur lien au Chemin. Sahagun s'annonce de très loin, tel un miracle au-dessus des champs de céréales, les jours de forte chaleur.Encore un léger détour par la Virgen del Puente qui marque l'entrée dans la province de Leon, et c'est m'arrivée dans la ville souvent comparée à Cluny. Hélas, il reste peu de chose du couvent de San Facundo qui valut à Sahagun cette comparaison élogieuse. Les trois églises de briques qui s'élèvent à travers la cité présentent une architecture du plus pur roman "mudéjar ". l'une d'entre elles , l'ancienne église de la Trinidad, abrite le refuge des pèlerins, aménagé dans sa nef.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 987 782 117

23342 Calzada del Coto

(222h)

On peut voir à l'arrivée l'ermitage de San Roque, ainsi que l'église municipale sur la Calle Real. Tous les ans, du 14 au 17 août – dates à vérifier selon l'année – ont lieu de grandes festivités dédiées au Saint Patron de la ville, San Roque. Tout le village participe, mais les jeunes surtout sont à l'honneur, et ceux d'entre eux dont c'est le XVIIIe anniversaire prennent une grande part à l'organisation des célébrations (grand feu, défilé, musique...). La principale ressource du village, comme bon nombre de ses voisins, est l'agriculture, comme en témoignent les champs alentour.

Commerce-Bar-Restaurant-Médecin-Hébergement (Refuge pèlerins 24 places)

Lien

tél office du tourisme : 0

Bercianos del Real Camino

(113 h)

Village représentatif de l'architecture populaire locale avec ses maisons construites en adobe. L'ancienne église du village, dédiée au saint Sauveur, a été entièrement détruite il y a quelques années après l'effondrement de sa tour. Depuis, elle est à l'abandon, et le village s'est doté d'une nouvelle église de construction récente. Une étape particulièrement agréable, car la ville est dotée de plusieurs parcs en périphérie, avec des tables de pique-nique. Bercianos est également relativement bien équipé en commerces pour une bourgade de cette taille, avec notamment une supérette pour faire vos emplettes.

Alimentation - Bar - Restaurant - Médecin

Lien

tél office du tourisme : 0

24343 El Burgo Ranero

(683 h)

Commune aux maisons organisées autour de la rue principale qui constitue le chemin de Santiago, même si aujourd'hui une sorte de rocade contourne le centre pour une meilleure circulation. Une alternance de maisons en pisé et de maisons en briques donne une ambiance particulière au centre-village. L'église de San Pedro, qui mérite une visite, abrite un autel du XVIe siècle. Village assez bien développé côté commerces, vous pourrez vous ravitailler ici avec une grande facilité. Vous trouverez notamment une épicerie, une boulangerie et une pharmacie sur place. Et pour reposer vos jambes, un bar est également à votre disposition.

Lien

tél office du tourisme : 0

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

24345 Villamarco

(180 h)

Petite localité que l'on atteint en venant de El Burgo Ranero sur le Camino Real ou de Calzadilla de los Hermanillos depuis la Calzada Romana.(7 km depuis  El Burgo ou 13 km à partir de Calzadilla de los Hermanillos).Village typique, les bâtiments anciens en pisé, plus tard avec un mélange de brique pleine et d'adobe côtoient des constructions plus modernes.

Boulangerie - Ventes amulantes -Hébergement (Maison rurale)

Lien

tél office du tourisme : 0

24339 Reliegos

(36 h)

Reliegos se situe à 5 km avant d'atteindre Mansilla de las Mulas... L'étape sur laquelle est positionnée Reliegos est en effet de 37 km. C'était le parcours préconisé par les guides d'alors. De manière à réduire cette très longue et éprouvante étape les nouvelles éditions de guides péconisent une étape de Sahagun à Reliegos (31,7 km) par la Calzada Romana ou par le Camino Real Francès (29,6 km). De ce fait Reliegos devient étape... Dans ce cas les pèlerins qui se seront arrêtés à Reliegos repartiront le lendemain pour une étape de 27,4 km passant par Mansilla de las Mulas (6,1 km) pour aboutir à Leon 21,1 km après... A chacune et chacun de voir!

Bar - Restaurant - Médecin - Hébergement (Refuges pèlerins - 3 albergues)

En savoir plus sur Reliegos

tél office du tourisme : 0

Lodève (Saint Guilhem le Désert - Lodève) ALodève (Saint Guilhem le Désert - Lodève) A

24210 Mansilla de las Mulas

(1743 h)

Mansilla,mansio, à la croisée de routes majeures à l'époque romaine, la cité traversa le temps,protégée par ses fortifications et compta jusqu'à sept églises et quatre hôpitaux au Moyen Age. Cette ville étape très agréable avec ses places bordées d'arcades et ses ruelles quadrillées, affiche un plan qui rappelle celui des bastides du sud-ouest. Seule ombre au tableau , l'église Sant Martin désaffectée, a été reconvertie en commerce et le couvent San Augustin n'est plus qu'une ruine.

En savoir plus sur Mansilla de las Mulas

camino frances

Étape: Sahagun - Mansilla de las Mulas (37,3km)

C'est presque un marathon à travers la Meseta qui nous attend aujourd'hui, par des pistes fendant des horizons plats et sans ombre. Deux itinéraires sont possibles. Au sud, le "Camino Real" est une autoute piétonnière , plantée tous les neuf mètres d'arbustes rachitiques, et pourvue tous les deux kilomètres d'aires de repos avec mobilier en ciment et fontaine. L'ensemble est très monotone pour ne pas dire déprimant . Au nord, avec la "Calzada Romana", c'est l'aventure. un chemin non domestiqué, très rectiligne aussi, c'est une voie romaine et bien balisée. Calzadilla de los Hermanillos arrive à point pour une pause casse-croûte ou même pour passer la nuit car le village dispose d'un refuge. Les deux branches se rejoignent à Religios. Mansilla de los Mulas est au bout de la descente avec ses placettes ombragées.Après trois semaines de mise en condition, ce petit marathon est bien plus facile à accomplir qu'on ne le pense.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 12.987 310012

24217 Villamoros de Mansilla

(79 h)

Après avoir quitté Rabanal et marché 1h25 (5,2 km) nous arrivons au panneau indicateur "Foncebadon". Ce village ruiné renaît peu à peu grâce au chemin! Des ruines mais pas mal d'auberges et de bars...

Bar - Restaurant - Hébergements - (Refuge - Albergue -Centre de Tourisme Rural)

Lien

tél office du tourisme : 0

27730 Puente Villarente

(240 h)

Après avoir quitté Rabanal et marché 1h25 (5,2 km) nous arrivons au panneau indicateur "Foncebadon". Ce village ruiné renaît peu à peu grâce au chemin! Des ruines mais pas mal d'auberges et de bars...

Petits commerces - Bar - Restaurants - Services - Hébergements (Hôtel - Albergue)

Lien

tél office du tourisme : 0

24227 Arcahueja

(203h)

Village aux traditionnelles maisons en adobe. Il se situe un peu en hauteur sur une colline, offrant une très jolie vue sur les champs et surtout sur la petite ville de León qui sera votre prochaine étape. L'église Saint-Jean-Baptiste, toute en pisé, a un air très campagnard, de quoi faire une jolie photo. Les pèlerins qui le souhaitent pourront se reposer dans l'auberge du village, ou faire halte dans l'un des restaurants ou l'un des commerces à disposition. A noter, la présence d'une aire de repos pour les pèlerins, une sorte d'abri avec de quoi s'asseoir et une source d'eau potable. Le lieu est bien conçu et propice aux rencontres.

Bar - Restaurant - Hébergements - (Refuge - Albergue -Centre de Tourisme Rural)

En savoir plus sur Foncebadon

tél office du tourisme : 0

240001/10 Léon

(124028 h)

Léon, étape majeure du Camino, possède des joyaux architecturaux de style roman gothique et Renaissance. Leon tire son nom du latin Legio VII Gemina, un castrum romain. Au Moyen Age , Leon se développa grâce aux rois asturiens qui firent venir d'Andalousie et de Tolède des chrétiens mozarabes. On découvria avec beaucoup d'intérêt la cathédrale, le Barrio Humedo, San Isidoro et San Marcos (voir la fiche de l'étape).

Tous commerces - Services - Hébergement (Auberges de Jeunesse (3) - Albergue - Hôtel -Refuge)

En savoir plus sur Leon

camino frances

Étape: Mansilla de las Mulas - Léon (18,8 km)

Etape très courte, comparée à la précédente, traverse en premier lieu des paysages agricoles, puis, au fil des kilomètres, le nombre de constructions s'intensifie. a l'approche de leon, notre piste taille sa route entre les bâtiments industriels et les rocades. Nous marchons protégés de la circulation à défaut d'être au calme. L'essentiel n'est-il pas d'atteindre le coeur de la grande ville au plus vite? En fixant l'arrivée à l'étape en fin de matinée, il reste l'après-midi pour les visites obligatoires de la cathédrale , San Isidoro et San Marcos, autant de monuments qui font la richesse de Leon. Les vieilles rues autour de la plaza Mayor et tout le coeur historique méritent aussi qu'on s'y attarde. Ces quartiers regorgent d'échoppes, d'officines et de marchés qui semblent nous faire remonter le temps.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 1.987 878 327 /987 878 336

24010 San Andrès del Rabanedo

(29961 h)

Cette localité attachée à Léon possède un tampon présenté par son Ayuntamiento (Mairie)

Lien

tél office du tourisme : 0

24198 La Virgen del Camino

(xxh)

L'église moderne remplace l'édifice du XVIe siècle, bâti pour célébrer les apparitions de la Vierge en ce lieu en 1505. On découvrira celle-ci peu de temps après avoir quitté Leon.

En savoir plus sur la Virgen del Camino

tél office du tourisme : 0

24391 Valverde de la Virgen

(310 h)

Après vous être immergé dans le monde urbain de León et de sa banlieue, vous voici de retour dans la campagne. La grande route est toujours celle qui se déroule sous vos pas, et les champs et prairies sont encore un peu loin, mais vous n'êtes définitivement plus en ville. Si vous avez besoin d'un signe supplémentaire, observez le clocher de l'église Santa Engracia, il a la particularité d'être couvert de nids de cigognes. C'est malheureusement le seul intérêt touristique de cette localité. Si vous n'avez pas pu, ou pas voulu vous ravitailler à León, vous pourrez vous arrêter à Valverde qui compte quelques commerces

Commerces - Bar- Restaurant - Hébergement (Albergue)

Lien

tél office du tourisme :

24391 San Miguel del Camino

(300 h)

San Miguel del Camino abritait autrefois un hospice pour les pèlerins datant du XIIe siècle. L'existence de la commune est documentée depuis 1177, date à laquelle elle déclara sa vassalité au monastère de San Marcos de Leon. L'église paroissiale de l'Arcangel San Miguel a conservé une représentation de Saint Jacques du XVe siècle, qui a ensuite été transférée au Musée de León. Il y a quelques magasins à San Miguel pour faire le plein, dont une boulangerie et une épicerie. Si vous avez besoin d'un verre ou simplement d'une place assise, il y a aussi un bar au centre.

Hébergement (Refuge paroissial)

Lien

tél office du tourisme : 0

24392 Villadangos del Paramo

(1163 h)

Vous pourrez découvrir cette localité si vous avez choisi de pérégriner sur le Camino Real. Villadangos del Paramo se découvre à vous après une pérégrination de 20 km après votre départ de Léon.

Tous commerces - Services - Hébergements (Refuge pèlerins - Camping)

En savoir plus sur Villadangos del Paramo

tél office du tourisme : 0

24393 San Martin del Camino

(403 h)

Petit village dont la rue principale – qui est également la Nationale 120 – est sans grand charme. San Martin del Camino pourrait très bien ne pas retenir votre attention. Et pourtant, si vous sortez un peu de l'itinéraire principal pour vous balader dans les petites rues, le lieu pourrait vous séduire. L'église est une curiosité devant laquelle vous pouvez vous arrêter, avec son clocher mi-pierres, mi-briques, et ses nids de cigognes. La place attenante est agréable et invite à une courte halte. Autre avantage de taille, peu de pèlerins choisissent ce village comme étape, l'endroit est donc plutôt tranquille.

Petits commerces - Services - Bar - Restaurant - Medecin - Hébergements (Refuge pèlerins -Albergues)

Lien

tél office du tourisme : 0

24286 Hospital de Orbigo

(991 h)

Hospital de Orbigo tire son nom de l'hôpital édifié par les moines soldats de l'ordre de Saint-Jean de Jerusalem à la fin du XIIe siècle. Son activité cessa vers 1850. A sa place, on éleva un calvaire. En revanche, on peut admirer le célèbre po,t qui enjambe le Rio Orbigo: une vingtaine d'arches et 204 m de long!

Tous commerces - Services - Hébergements (Refuges - Albergue - Camping)

En savoir plus sur Hospital de Orbigo

camino frances

Etape: Leon - Hospital de Orbigo (35,7 km)

 

Cette étape évoque fortement celle allant de Sahagun à Mansilla de la Mulas. Presque aussi longue, elle traverse une Meseta un peu moins désertique, mais aussi plane et infinie que l'on nomme ici "el Paramo". Deux possibilités d'itinéraire sont également à prendre en compte. D'un côté, le Camino Real, plus court, chemin historique cité dans de nombreux ouvrages, mais qui hélas suit les bas-côtés de la N 120 au moyen d'une piste aménagée. L'autre option consiste à emprunter la Calzada de los Peregrinos, loin des grands axes. Ici, les pistes alternent avec des petites routes très sereines, le tout est parfaitement balisé. Les petits villages traversés assurent le ravitaillement et Villar de Mazarife dispose d'un refuge pour ceux qui préféreraient s'arrêter en route. Quel que soit le choix, il faut tout d'abord affronter le tumulte jusqu'à la Virgen del Camino pour sortir de Leon. Au terme de l'étape, Hospital de Orbigo est un charmant village avec son pont médiéval, le plus célèbre et le plus long de tout le Camino.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

24288 Villares de Orbigo

(567 h)

Cette localité présente son église restaurée en 2007, de Saint-Jacques-apôtre, au milieu de la zone visitée par les pèlerins. Son intérieur se démarque par l'image de la Vierge de Carmen, qui surplombe l'autel principal et par celle de Saint-Jacques Matamoros. De l'extérieur, c'est une attrayante église, avec une place dont le devant est clôturé et aussi une entrée du temple.

Tous commerces - Services - Hébergement (Hôtel-Albergue)

lien

tél office du tourisme : 0

24224 Santibanez de Valdeiglesias

(133 h)

Refuge paroissial de 20 places avec repas et coin cuisine

Typique village du pèlerinage où les maisons sont alignées le long d'une rue principale. Vous y trouverez une auberge pour vous restaurer ou passer la nuit. L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste est intéressante à voir en passant. Son architecture générale ne vous submergera pas d'émotion, surtout après avoir visité des dizaines d'églises sur le chemin. En revanche, à l'intérieur se trouve un retable de toute beauté, ainsi qu'une statue de Santiago Matamore. Si l'édifice n'est pas ouvert, ce qui a de grandes chances de se produire, faites vous ouvrir par un habitant ou une habitante du coin.

Hébergement (Refuge paroissial)

En savoir plus sur Santinanez de Valdeiglesias

tél office du tourisme : 0

24710 San Justo de la Vega

(932 h)

Sur cette localité on découvrira l'église Santo Justo et y contempler une image de saint Juste réalisée par Grogorio Espagnol au XVIe siècle , ainsi qu'un calice aux ornements lombardes.

Bar - Cafetaria

Lien

tél office du tourisme : 0

24700 Astorga

(10741 h)

Astorga l'Asturica Augusta romaine,au carrefour de la Via de la Plata (future voie compostellane) et de l'Ab Hispania in Aquitaniam (futur Camino Francés), compte deux mille ans d'histoire. A partir du XIe siècle , la cité connaît une période de prospérité, grâce au chemin ; elle compte de nombreux hôpitaux . Aujourd'hui, Astorga est capitale des Maragates. On découvrira la cathédrale et le palais épiscopal mais on pourra aussi être tenté par quelques saveurs légères telles que le cocido Maragato qui est une spécialité d'Astorga et des villages des monts de Leon (pot au feu dont vous vous ferez expliquer la composition... Il y a aussi les mantecadas d'Astorga (dessert diététique au saindoux: exquises, bourrées de sucre et bien grasses) sans oublier le tinto du Bierzo, un petit vin titrant 14° qui accompagnera le tout pour éviter (ou compliquer...) une digestion difficile! En somme cette ville offre la découverte à la fois culturelle et gastronomique!

Tous commerces - Services - Gares RENFE et routière - Hébergement (Albergue - Refuge)

En savoir plus sur Astorga

camino frances

Etape: Hospital deOrbigo - Astorga (17,8 km)

Depuis hier, une chaîne montagneuse se profile à l'ouest juste devant nous.C'est l'annonce d'un changement radical. La transition s'opère durant la courte étape qui nous achemine vers Astorga.Le terrain se plisse, ondule, et les champs cultivés succèdent à des portions boisées de chênes verts. Nous ne ressentons jamais la monotonie pendant ces quatre heures de marche. Une fois de plus, le chemin historique est enfoui sous le bitume de la N 120, tandis que l'itinéraire que nous suivons est une variante authentique comme en témoigne les calle Real des villages traversés. Les deux itinéraires se rejoignent à la croix de Santo Toribio. De ce point, on découvre la ville d'Astorga, avec en arrière fond la barrière des monts de Leon. La ville haute et le coeur historique dominent les rives du rio Tuerto. Astorga est à la croisée de deux grands chemins menant à Saint Jacques, le Camino Francès et la Via de la Plata, le chemin mozarabe qui démarre à Séville. La cathédrale, les églises, couvents et hôpitaux témoignent de son riche passé. Sans oublier le palais épiscopal, uyne oeuvre plus récente et folle, sortie de l'imagination de Gaudi.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 2.987 618 222

24718 Valdeviejals

(127 h)

Valdeviejals est une petite localité dans la comarque de La Maragateria. Sur son territoire Valdeviejalcs abrite l'Ermitage de l'Ecce Homo, édifice du XVIIIe siècle restauré en 2007. Par ailleurs Valdeviejals est réputé comme dénomination d'origine pour ses pois chiches, caractérisés par une petite taille et une saveur particulière.

Albergue Ecce Homo (10 places)

Lien

tél office du tourisme : 0

24718 Murias de Rechivaldo

(113 h)

Murias de Rechivaldo est le premier village rencontré exhibant une architecture caractéristique du Maragato: maisons montagnardes en grosse pierres, ruelles dallées et nombreux calvaires.La localité apparaît après une pérégrination de 4,4 km après Astorga.

Bar - Restaurant - Médecin

En savoir plus sur Murias de Rechivaldo

tél office du tourisme : 0

24718 Santa Catalina de Somoza

(53 h)

Hébergement: Hôtel rural

Village d'une soixantaine d'habitants environ, qui conserve de charmantes maisons typiques de l'architecture populaire de La Maragatería avec des portails colorés. L'église, dédiée à Nuestra Señora de las Candelas, date de 1708, mais elle a été rénovée dans les années 1980 et ne conserve plus grande trace de l'édifice d'origine. Elle est tout de même tout à fait charmante, et campagnarde à souhait. Tout comme le reste du village, d'ailleurs, dans lequel malheureusement vous ne trouverez pas grand-chose pour vous ravitailler. Juste avant l'entrée du village, une aire de repos pour pèlerins est aménagée dans les champs. Vous y trouverez des tables de pique-nique.

Lien

tél office du tourisme :

24718 El Ganso

(27 h)

Petit Hameau de 27 âmes. Son bar Cowboy a servi de décor au film Saint-Jacques… La Mecque, réalisé par Coline Serreau en 2005, dans une scène où Jean-Pierre Darroussin s'évanouit après avoir un peu trop forcé sur la bouteille ! Mais au-delà de cette anecdote, le village est tout simplement un petit village endormi à l'architecture traditionnelle. On trouve encore quelques maisons au toit de chaume, vestiges de temps immémoriaux et signe qu'une culture aux origines celtiques s'était développée dans la région. L'église vaut également un coup d'œil, et de toute manière se trouve sur le chemin.

Bar - Restaurant - Albergue

Lien

tél office du tourisme : 0

24722 Rabanal del Camino

(30 h

Rabanal del Camino, étape ancestale du Camino, était au bord de l'abandon dans les années 1980. Dès le renouveau du Chemin, les anglais de la Confraternity of Saint James (Saint Jacques) ont ouvert un refuge et redonné vie au village.Au XIIe siècle, Rabanal, 9éme é(ape dans le Codex Calixtinus d'Aymeri Picaud, comptait une commanderie templière. La tradition templière s'est perpétuée au fil des siècles.A l'entrée de Rabanal, s'élève la chapelle San José abritant une représentation de saint Jacques.La demeure juste à droite était un hôpital par le passé. Au coeur du village, l'église paraoissiale Santa Maria possède un clocher-mur . Son chevet semi-circulaire est resté inchangé depuis le XIIe siècle . L'édifice dépendait probablement de la commanderie templière du Moyen Age.

Petits commerces - hôtel-bar-restaurant -médecin. hébergement (Refuges)

En savoir plus sur Rabanal del Camino

camino frances

Étape: Astorga - Rabanal del Camino (19,7 km)

Aujourd'hui, nous abordons le versant est des monts de Leon, tout en pente douce. Par une lente progression à travers la Maragateria, et quasiment sans effort, au terme de l'étape nous atteindrons les 1200 m d'altitude.Une "Senda de peregrinos" guide nos pas la majeure partie du temps. Dans la joie et à l'unisson, suivons-là en bêlant: "Tous ensemble vers Santiago, béé, béé!". Ce grégarisme est sans importance , car nous avons d'yeux que pour les paysages et les villages traversés. Landes et forêts de chênes verts se succèdent au fil des lilomètres. Les localités de Santa Catalina de Somoza et d'El Ganso semblaient vouées à une extinction inéluctable il y a encore quelque temps. La renaissance du chemin leur redonne vie. Le plus bel exemple est Rabanal del Camino qui ressemblait à un village fantôme. Les anglais de la Fraternité de Saint Jacques s'y sont installé et l'ont restauré. Aujourd'hui , Rabanal compte trois refuges, plusieurs hôtels-bars-restaurants et une épicerie.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

24722 Foncebadon

(8 h)

Après avoir quitté Rabanal et marché 1h25 (5,2 km) nous arrivons au panneau indicateur "Foncebadon". Ce village ruiné renaît peu à peu grâce au chemin! Des ruines mais pas mal d'auberges et de bars...Il avait été abandonné dans les années 1960-1970 à cause de la migration des gens vers les grandes villes.

Bar - Restaurant - Hébergements - (Refuge - Albergue -Centre de Tourisme Rural)

En savoir plus sur Foncebadon

tél office du tourisme : 0

24722 Manjarin

( h)

La naissance du hameau remonte au XIe siècle , lorsque l'ermite et moine Gaucelme y construisit un refuge pour pèlerins. Il existait peut être déjà, à cet endroit,quelques constructions datant du IXe siècle, époque où le comte Gaton del Bierzo lança sa cazmpagne de reconquête et de repeuplement de la région.

Hébergement: Refuge

Lien

tél office du tourisme :

24413 El Acebo

(582 h)

Selon la tradition orale, les habitants du Moyen Âge entretenaient huit cents perches de bois destinées à marquer, sur le sol enneigé, le chemin du pèlerinage de Compostelle, recemment libéré par le roi. L'église du village, décorée de panneaux polychromes, est dédié à saint-Michel archange.Peu après la sortie du village, vers le nord-ouest en direction de Riego de Ambrós et Molinaseca, se trouve l'embranchement à gauche vers le village de Compludo où saint Fructueux de Braga fonda en 640 un monastère double pour lequel il rédigea sa première règle. Dans les dépendances de ce monastère se trouvaient des forges où, selon la légende, fut façonnée l'épée de Pélage le Conquérant avec laquelle celui-ci battit les Omeyyades à la bataille de Covadonga en 722, marquant le début de la Reconquista.

Bar - Restaurant - Hébergements: (Hôtel-Refuge pèlerins-Albergue)

Lien

tél office du tourisme : 0

24413 Riego de Ambros

(48 h)

Avec El Acebo, Riego de Ambros est un splendide village montagnard. Ici, à l'ouest des monts de Leon, l'architecture est radicalement différente de cette du versant est. Nous descendons dans la vallée du Bierzo. L'ardoise et les grosses pierres de schiste habillent l'habitat, alors que nous nous étions habitués à la tuile et aux murs d'adobe. Au Moyen-Âge  Ambros possédait un hôpital de pèlerins.

Bar - Restaurant - Médecin - Hébergements (Refuge pèlerins - Pension)

lien

tél office du tourisme : 0

24413/398 Molinaseca

(862 h

Molinacaseca, cité fortifiée, est mentionnée pour la première fois en 1097.On y accède par Le pont des Pèlerins sur le rio Merueno qui était à l'origine un ouvrage roman, qui fut maintes fois remanié en raison des crues dévastatrices. La calle Real est une des mieux conservées du Bierzo, bordée de belles demeures blasonnées parmi lesquelles la belle maison en forme de tour où séjourna dona Urruca, reine de Leon. Cette rue  se confond avec le tracé du Camino.  On peut également voikr l'église san Nicolas de Bari (XVIIe siècle), qui conserve un intéresssant  retable baroque, ainsi que le sanctuaire  de Nuestra  Senora de la Angustia, dont la construction date du XVIIe siècle.Au Moyen Age, le village comptait deux hôpitaux.

Petits commerces - bar - restaurant -  Pharmacie -Services - Hébergement (refuge - albergue - casa)

lien

camino frances

Étape: Rabanal del Camino - Molinaseca (26,4 km)

L'étape du jour se décompose en trois parties bien distinctes. Jusqu'à la Cruz de Ferro, dressée à 1500 mètres d'altitude , nous nous élevons dans un décor de landes de plus en plus austère et traversons Foncebadon qui ne se relèvera jamais tout à fait de ses ruines. Après la Cruz de Ferro, haut lieu du Chemin dans tous les sens du mot, notre tracé ondule dans des paysages grandioses de montagne quasi désertes. Allez saluer au passage Tomas, l'hospitalero templier de Manjarin, c'est un original bien sympathique, une figure du Camino! Puis la route hésite et plonge sougain dans l'abime. Changement radical d(habitat dès El Acebo, le premier village du Bierzo. Les ardoises remplacent les tuiles, les sources et les fontaines abondent. Les châtaigniers se substituent aux chênres verts, les pierres et les troncs se couvrent de mousse. En descendant vers Molineseca, la vallée du Bierzo se dévoile entièrement sous nos yeux, fermée à l'ouest par une barrière montagneuse, dernier obstacle avant la Galice. Patience, nous touchons au but.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 987 453 085

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

24400 Ponferrada

(62963 h)

Ville étape du chemin de Compostelle, la capitale de la comarque d'El Bierzo est bâtie à la confluence du río Sil et de son affluent le río Boeza. La ville se développa sous le règne de Ferdinand II de León, qui invita l'ordre du Temple à s'y installer au XIIe siècle afin de contrôler cette zone de passage. C'est de cette époque que date la forteresse, construite sur la rive gauche du Sil. Plus tard, en 1498, Isabelle la Catholique dota la ville d'un hospice de pèlerins, toujours ouvert.

Tous commerces-Services-Gares RENFE et Routière-Hébergements (Refuge paroissial - Albergues - Hôtels)

Lien

En savoir plus sur Ponferrada

tél office du tourisme : 987 424 236

24490 Columbrianos

(1315 h)

On trouve autour de cette commune  un certain nombre de ruines datant d'une période pré-romaine, sans doute des forts consacrés à la défense de la région. Le village en lui-même n'a que très peu d'intérêt touristique, même si l'ambiance locale lui confère un caractère sympathique. Son église dédiée à saint Étienne est située à l'extérieur du centre historique, juste avant d'entrer en ville. Elle date de la fin du XVIIIe siècle et n'a été que très peu modifiée depuis son érection. Modification notable cependant, sa tour a été entièrement reconstruite dans les années 1950, très abîmée après avoir été touchée par la foudre.

Hébergements (Refuge pèlerins - Albergue - Pension)

Lien

tél office du tourisme : 0

24411 Fuentes Nuevas

(2702 h)

Localité située à 4,5 km du centre de Ponferrada et 11,5 km  après le départ de Molinaseca. Cette cité remonte au Moyen Âge. La proximité  du Camino Francés a favorisé son développement

Tous commerces - Services

lien

tél office du tourisme : 0

24410 Camponaraya

(4096 h)

On trouve mention de la commune de Camponaraya dans les textes anciens depuis le XVe siècle. Le village est en effet cité dans l'itinéraire d'Arnold Van Harff, un voyageur allemand originaire de Cologne, linguiste émérite, qui serait donc passé par Camponaraya lors de ses déambulations sur le chemin de Saint-Jacques. Aujourd'hui, la petite ville de 4 200 habitants qui semble posée sur le chemin de Santiago un peu par hasard n'a plus beaucoup de charme. Elle s'est en effet développée sur un modèle plus pratique que patrimonial. Vous y trouverez par conséquent tout ce qu'il faut pour vous ravitailler : supermarchés, boulangeries, bars et restaurants.

Commerces - Serices - Bars - Restaurants - Medecin - Pharmacie -Banque - Hébergements (Hôtels -Albergues)

Lien


tél office du tourisme : 0

24540 Cacabelos

(4996 h)

Cette commune conserve un centre historique charmant et très bien entretenu. L'occasion d'une halte culturelle intéressante. Tout d'abord, les environs sont riches en vestiges du paléolithique, de l'âge du bronze et du second âge du fer, attestant d'une population importante très tôt dans la préhistoire. Plus proche de nous, l'église Santa María, reconstruite au XVIe siècle, préserve une abside d'origine romane ainsi qu'une représentation baroque de la Vierge de l’Assomption (XVIIe). On peut également voir le sanctuaire de las Angustias (XVIIIe), qui possède une façade néoclassique et abrite plusieurs retables.

Tous commerces - Services - Cars - Hébergements (Refuge pèlerins - Hôtel)

Lien

tél office du tourisme : 987 546 011

24547 Pieros

(20 h)

Petit hameau qui possède l'église paroissiale San Martin, érigée au Moyen Âge et sacrée par l'évêque Osmundo d'Astorga en 1086.Elle possède un plan en croix latine et un simple portail avec un arc en plein cintre surbaissé.

Hébergement: Auberge El Serbal y La Luna

Lien

tél office du tourisme :

24500 Villafranca del Bierzo

(2855 h)

Le nom de Villafranca del Bierzo est lié à la présence des Francs installés dans la cité au Moyen Age. Villafrance comptait alors quatre paroisses, six monastères et hôpitaux.On pourra découvrir au sein de la cité l'église Santiago, l'église San Francisco, l'ancienne collégiale Santa Maria et aussi le Castllo (château) et divers palais aux façades armoirées des XVIe et XVIIe siècles, à l'image du Palacio de Torquemada ou de celui d'Alvarez de Toledo.(Voir la fiche de l'étape)

Commerces - bars - restaurants - Services - Hébergement (Refuge - Albergue - Hôtel )

lien

camino frances

Étape: Molinaseca - Villafranca del Bierzo (31,7 km)

Du piémont des monts de Leon à celui des monts du Cebreiro, cette joiurnée de marche nous fait traverser la vallée du Bierzo danbs sa totalité. Vignes et cultures intensives jalonnent notre parcours qui une fois de plus s'écarte à maintes reprises du tracé historique pour cause de goudron et de circulation. Au tiers de l'étape, nois abordons Pontferrada. La traversée s'accomplit sans difficulté ni stress et notre imagination s'envole au passage sous les tours crénelées de la forteresse Templière. A la sortie de la ville, les faubourgs miniers offrent des visions moins poétiques, mais de courte durée. Ici comme ailleurs, l'urbanisation récente a fait des ravages. Camponaraya et Cacabelos conservent malgré tout de beaux exemples d'archiecture traditionnelle du Bierzo. Au terme de l'étape, Villafranca del Bierzo ne nous décevra pas avec la richesse de son patrimoine. Et pour peu que l'on ait choisi de passer la nuit au refuge de la famille Jato, le souvenir de son accueil original et chaleureux restera pour longtemps dans la mémoire

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 10.987 540 028

24522 Pereje

A la sortie de Villafranca del Bierzo, le long des rives de la rivière Valcarce, se trouve ce minuscule village , qui a conservé une partie de son tracé médiéval. On retrouve des traces de son existence dès le début du XIIe siècle, dans un texte qui mentionne le don de la localité à la commune de Cebreiro par la reine, appartenance qui perdura jusqu'au XIXe siècle. Sa minuscule église, dédiée à sainte Marie-Madeleine, mérite une petite halte. Elle abrite un joli retable baroque. Si elle n'est pas ouverte, tentez de demander la clé à un habitant du coin, si tant est que vous en trouviez un, le village étant notablement endormi.

Alimentation - Bar - Restaurant - Refuge

En savoir un peu plus sur Perege

tél office du tourisme : 0

24523 Trabadelo

(337 h)

L'église de Trabadelo dédiée à saint Nicolas conserve un clocher et un maître-autel du XVIIe siècle. On pourra y voir les ruines du château de Santa María de Auctares, où selon des documents datés de 1072, un noble imposait aux pèlerins de payer un tribut pour passer entre ses terres, avant qu’Alphonse VI et doña Urraca n'abolissent ce droit. La commune a été repeuplée à la même époque par Diego Gelmirez, archevêque de Compostelle, qui œuvra avec ferveur pour moderniser le diocèse et en faire un centre urbain important. Le village ne compte pas beaucoup de commerces, mais vous y trouverez de quoi vous ravitailler.

Bar - Restaurant - Pharmacie - Hébergements (Hôtel - Refuge pèlerins - 4 Albergues)

Lien

tél office du tourisme : 0

24524 La Portela de Valcarce

(37 h)

Ce petit hameau est localisé 13,5 km après le départ de Villafranca del Bierzo.

Bar -Restaurant - hébergement (Hôtel-Refuge pèlerins)

Lien

tél office du tourisme : 0

24524 Ambasmestas

(46 h)

Le village est une des localités de Vega de Valcarce, 2,5 km avant d'atteindre cette dernière.

Bar -Restaurant - Ravitaillement -Hébergements (Refuge pèlerins-Albergue)

Lien

tél office du tourisme : 0

24520 La Vega de Valcarce

(561 h)

La vision de ce modeste village est véritablement un enchantement. Encaissé entre les collines verdoyantes, l'ensemble de maisons a conservé un charme certain. Pas de grandiloquence architecturale ou historique, la plupart des maisons sont relativement modernes. Mais une atmosphère de petit village de montagne qui apparaît dès le premier coup d'œil. Un espace de détente, appelée plage, mais qui ressemble plus à un jardin public, est aménagé au bord de la rivière et donne un peu de fraîcheur au cœur de l'été. A voir au passage, l'église dédiée à la Magdalena.

Commerces - Services - Pharmacie - Distributeur -Hébergements (Refuge - Albergues)

Lien

tél office du tourisme : 0

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LPSaugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

24520 Ruitelan

(24 h)

L'église paroissiale  San Juan Bautista de Ruitelan est recouverte d'une voûte en berceau de pierre.

Alimentation - Bar - Restaurant -Refuge pèlerins

L'Ermitage de San Froilan

tél office du tourisme : 0

24526 Herrerias de Valcarce

(44 h)

Localité située à 19,4 km après le départ de Villafrance del Bierzo.Son église Saint-Julien, d'une seule nef, est baroque-néoclassique et date du XVIIIe siècle. À l'entrée du village, il y a un pont datant du XVe siècle.Le nom de ce petit village, « les forges de Valcarce », fait référence à un passé industriel lié aux mines de fer de la région. Ses maisons typiques de l'architecture populaire locale sont bien conservées. Une atmosphère définitivement campagnarde vous entoure, accentuée par la présence de la rivière et du  petit pont de pierre qui constitueront un cadre idéal pour une photo souvenir. Vous trouverez peu, voire pas du tout, de commerces dans le centre, il vous faudra vous ravitailler à une autre occasion. En revanche, vous aurez la possibilité de dormir ou de vous restaurer sur place avant d'attaquer l'ascension vers O Cebreiro.

Alimentation - Bar -Restaurant - Hébergements: Casa Rurale - Auberge privée)

En savoir plus sur Herrerias de Valcarde

tél office du tourisme : 0

24526 La Faba

(27 h)

Bien qu'en Castille, La Faba et La Laguna, exhibent déjà des éléments de l'architecture galicienne (pallozas)

Bar - Restaurant - Hébergement (Refuge pèlerins)

En savoir plus sur La Faba

Pascal Brielles

tél office du tourisme : 0

24526 La Laguna de Castilla

(27 h)

La Laguna de Castilla (nom officiel en castillan) est l'une des 23 "pedanias" (localité autonome) de la commune espagnole de Vega de Valcarce; cette localité est la dernière halte en Castille-et-Leon avant de pénétrer en Galice

Bar -Restaurant - hébergement (Refuge - Albergue)

Lien


tél office du tourisme : 0

27671 O Cebreiro

(125 h)

O Cebreiro s'accroche à 1300 m d'altitude sur la ligne de crête délimitant la Castille de la Galice.Les pèlerins s'y arrêtaient déjà au IXe siècle pour prier dans l'église prmitive Santa Maria la Real dont subsistent les fons baptismaux. L'édifice actuel remonte au XIe siècle et fut témoin du miracle des Saintes Espèces (voir ci-dessous). A côté de l'église, le monastère-hôpital a été reconverti en hôtel. L'habitat traditonnel du village se compose de pallozas: des maisons en granti de forme ovale ou ronde, couvertes de toits de chaumes. Le renouveau du Chemin a conduit à des rénovations importantes.

Alimentation - Hôtels - Bars - Restaurants - Refuge - Albergue

 

En savoir plus sur O Cebreiaro

camino frances

Etape: Villafranca del Bierzo - O Cebreiro (28,4 km)

Voici une longue étape montagneuse, tout en côte, avec à son terme, un village minuscule, très emblématque du Chemin. Ces éléments nous renvient à notre mointaine montée vers Roncevaux - à la différence près: aujourd'hui, la présente trop proche de routes passantes gâchent un peu la partie. Au départ, on peut opter pour la variente par Pradela, mais à condition que la forme physique et que le grand beau temps soient au rendez-vous, car ce spendide détour rallonge une étape déjà dure en puisant dans notre réserve d'énergie dès les premiers instants. De toute façon, passé Vega de Valcarces, l'itinéraire s'écarte du tumulte des autovia, il ne reste que des hameaux paisibles, la montagne et les bois. Le village du Cebreiro est un grand moment dans la longue marche vers Santiago. Point d'entrée de la Galice, avec ses "pallozas" (chaumières), son église édifiée vers l'an mil et sa brume océanique souvent tenace, le Cebreiro nous fait basculer dans le passé médiéval et ses légendes. Parmi elles on relatera "Le miracle des Saintes Espèces":

*Par un froid matin d'hiver de l'an 1300, seul un berger assistait à la messe. Le curé animé de faibles convictions dit à son unique fidèle: "Faut-il être bête pour faire tout ce chemin pour un peu de pain et de vin". Aussitôt le pain se changea en chair et le vin sang. Le calice et la patène sont toujours exposés dans un recoin de l'église, de même que l'ampoule contenant le vin changé en sang.



Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

27670 Linares

(22 h)

Localisé 3 km aqprès O Cebreiro et  2 km avant Hospital da Condesa ce hameau est nanti de l'église de San Estevo. C'est dans cette commune que les moines dépendant du Cebreiro cultivaient le lin pour leurs besoins et ceux de l'hôpital.

Lien

tél office du tourisme : 0

27671 Hospital da Condesa

(52 h)

Charmant village où église et hôpital sont cités dès le IXe siècle. Hospital da Condesa surplombe le Camino de Santiago du haut de ses 1 200 mètres d'altitude. Le charme de ses petites rues et de ses maisons en pierre aux toits en ardoise est certain, en faisant un endroit privilégié pour une halte sur le chemin. Sa jolie église San Juan de Hospital, que vous ne pourrez probablement pas visiter car la porte est en général fermée, est caractéristique de l'architecture montagnarde. On note que pour un petit village, Hospital da Condesa n'est pourtant pas si endormi, puisque vous pourrez tout de même y trouver un bar, un restaurant ainsi qu'une auberge.

Bars - Restaurant - Albergue

Lien

tél office du tourisme : 0

27670 Padornelo

(100h)

Hameau de la commune galicienne de Pedrafita proche du Col de l'Alto do Poio (1337 mètres,plus haut point du Camino après là Cruz de Ferro 1490 m dans les monts de Leon) et localisé entre Padormelo et Fonfria.Padornelo abritait au Moyen Âge un prieuré des hospitaliers de Saint-Jean.

Chambres d'hôtes

Lien


tél office du tourisme : 0

27113 Fonfria

(28 h)

Hameau localisé entre Padornelo et O Biduedo. Son nom signifie "fontaine fraîche", indication pratique et très recherchée par les pèlerins. Le couvent Sancti Spiritus et son hôpital ont disparu , reste l'église San Juan avec son clocher mur.Une chose est certaine, ce n'est pas à Fonfria que vous pourrez, après des jours de marche dans la campagne, retrouver les joies et les peines de la vie urbaine. Juste après la montée du col de O Poio, on tombe sur ce village à l'allure définitivement montagnarde. L'endroit est fort joli avec ses maisons en pierre (pour la plupart), et ses toits en ardoise. Sa petite église atteste que vous êtes bien dans ce qui était jadis une paroisse. Au-delà de ces éléments, ce ne sont que champs et collines à perte de vue. Mais au milieu de ce calme, vous pourrez tout de même vous rafraîchir dans le bar de l'auberge A Reboleira.

Casa Rural - Albergue (Pension - Bar)

Lien

tél office du tourisme : 0

27632 Biduedo (ou Viduedo en castillan)

(28 h)

Petit hameau dans  lequel est implantée l'Ermita de San Pedro

Lien

tél office du tourisme : 0

27632 Fillobal (ou Filloval en castillan)

(37 h)

Ce petit hameau est localisé 13,5 km après le départ de Villafranca del Bierzo.

Bar -Restaurant - hébergement (Hôtel-Refuge pèlerins)

Lien

tél office du tourisme : 0

Morlaas (Anoye - Morlaas) A

27062 Triacastela

(622 h)

Triacastela, citée par Aymeri Picaud: la ville comptait trois châteaux dont il ne susiste rien. La cité  est constitué de quelques maisons en pierre avec toit en ardoise éparpillées dans la colline, avec un semblant de centre-village. Malheureusement, également quelques maisons plus modernes qui viennent un peu briser l'harmonie du lieu. Sur la rúa do Peregrino, on peut voir l'église de Santiago, reconstruite en 1790, qui conserve une abside d'origine romane et un retable plateresque. Bien que le village soit petit et sans grande activité, quelques commerces se sont établis, pour la plupart à destination des pèlerins plus que des locaux. On compte plusieurs bars, une épicerie, boulangerie, pharmacie et un distributeur.

Commerces - Serices - Hébergement (Refuge - Albergue)

Lien

camino frances

Etape: O Cebreiro - Triacastela (21,6 km)

Depuis le Cebreiro, encore un petit effort par le très beau chemin de crête qui nous évite le goudron, puis c'est le passage par le col de San roque. Le pèlerin de pierrfe qui nous invite à ne pas mollir marque le début d'une longue descente jusqu'à Tricastela. On zigzague avec la LU 634 en suivant des chemins bordés de fougères et d'ajoncs, en croisant des troupeaux de vaches, en travedrsant des hameaux minuscules qui fleurent bon les étables. Ces premiers kilomètres en Galice attendriront les amoureux de la Bretagne, tant il y a de similitudes entre les deux pays: mêmes limières, mêmes camaïeux de verts et de gris, et parfois ou souvent, même crachin. Les bornes jacquaires placées tous les cinq cents mètres annoncent le compte à rebours final. Ils raviront les accablés et les "pressés d'en finir", mais inquiéteront tous ceux qui redoutent la fin du voyage. Pour le moment, Triacastela nous accueille avec simplicité mais chaleur. A l'heure des repas, le "lacon con grelos" et autres plats roboratifs nous rappelleront les talents culinaires de nos grands-mères.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

27620 Samos

(1246 h)

Vous passerez (ou pas) à Samos en fonction du choix que vous aurez fait car l'étape Triacastela-Sarria propose 2 cheminements. La variante par Samos ne présente aucune difficulté de suivi car le balisage suit la route jusqu'à Sarria. Le cheminement par San Xil est bien plus bucolique et découvre une région fortement agricole et encore traditionnelleoù le relief bien marqué n'aide pas trop à la modernité. Tous les villages sont reliés par des chemins ancestraux bordés de murettes et souvent à l'ombre de magnifiques chênes plus que centenaires.... Faites votre choix!

Commerces - Services -Hébergements (Refuge des bénédictins - Chambres - Albergues

En savoir plus sur Samos

tél office du tourisme : 0

27600 Sarria

(13338 h)

La ville haute abrite des monuments du Moyen Age ou plus tardifs qui sont liés à l'histoire jacquaire: l'église du Salvador, du XIVe siècle, déjà mentionnée vers 1094; l'hôpital San Antonio du XVIe siècle, converti en Palais de Justice; le couvent de la Magdalena et la chapelle Saint-Lazare

Tous commerces - Serices - Gares RENFE et routière - Hébergement (Refuge - Albergue - Hôtel)

En savoir plus sur Sarria

camino frances

Etape: Triacastela - Sarria (17,5 km)

Pour accomplir cette courte étape, deux itinéraires sont possibles. Par le sud, avec à mi-parcours le monastère baroque de Samos, ou par le nord, jalonné par une kyrielle de hameaux, dont San Xil. Pendant longtemps, l'option par Samos avait la préfèrence des cyclistes, le trajet étant entièrement routier. Aujourd'hui, un balisage intense permet d'éviter le goudron. Notre attirance va pourtant à l'itinéraire par San Xil qui serait plus hidstorique, si on se réfère à la littérature. Il est aussi plus varié. Quel changement depuis la Meseta où la ligne droite revenait comme une constante. Ici, les changements interviennent tous les cinquante mètres. Nous montons, descendons, contournons, passons des fermes, des calvaires, des chapelles et sautons des ruisseaux. Pas de monuments extraordinaires à citer, en revanche, en chemin, vous croiserez vos premiers horreos ou greniers à maïs. Ils sont aussi indissociables du paysage galicien que les têtes de choux, haut perchées sur leur tige et que l'on effeuille au fil des jours pour faire la soupe.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 15.982 530 099

27611 Ferreiros

(112 h)

Le village se situe à 13,2 km après le départ de Sarria.

Bar -Restaurant - hébergement (Refuge - Albergue)

En savoir plus sur Ferreiros

Gilbert Buecher (2006)

tél office du tourisme : 0

27170 Portomarin

(1412 h)

En 1962, l'ancienne cité de Portomarin, fondée au Xe siècle, aurait dû être engloutie par les eaux d'El Mino après l'édification d'un important barrage, avec quantité d'autres villages.Aujourd'hui, lorsque les eaux de la retenue sont basses, on peut voir encore les ruines du pont médiéval qu'empruntaient les jacquets. Pour le reste, la ville ancienne a été entièrement rebâtie pierre à pierre. C'est le cas des églises médiévales San Predro (XIIe siècle) et San Juan (XIIIe siècle) rebaptisée San Nicolas. Il y a aussi des palais comme le Palacio de Berbetoros sur la place centrale ou la Casa dos Condes, une demeure comtale du XVIe siècle.

Commerces - Services - Hébergement (Refuge - Albergue)

En savoir plus sur Portomarin

camino frances

Etape: Sarria -Portomarin (22,6 km)

Cette étape pourrait s'intituler "Cheminement au coeur de la Galice". Dès la sortie de Sarria, on s'écarte des routes et du monde contemporain. Pont médiéval, forêts profondes plantées de châtaigniers, hameaux minuscules reliés les uns aux autres par des chemins creux bordés de murets. La Galice qui nous semblait lointaine et chargée d'un exotisme indéfinissable, devient familière et fidèle aux images des légendes de notre enfance. En marchant, on est pris d'enchantement par tant de beauté et, bien sûr, on songe à Merlin dans sa forêt de Brocéliande. Les ruisseaux sont franchis à pied sec sur d'étranges dalles de pierre: les "corredoiras". Avec les horreos, ils constituent une deuxième particularité architecturale propre à la Galice. Ce soir, nous dormirons dans une vieille ville nouvellement reconstruite. La place centrale de Portomarin porte sur ses façades la platine du temps, léglise forteresse San Juan est bien du XIIIe siècle, et pourtant tous ces édifices furent rebâtis pierre à pierre quand les eaux du Mino engloutirent la ville médiévale après la construction d'un barrage dans les années soixante. Dans le lit du fleuve, on distingue encore les restes du village ancien et les piles du pont sur lequel passaient les pèlerins de jadis.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 982 545 206

2600 Ligonde

(167 h)

Le calvaire juste avant l'entrée du village a été élevé vers 1674. A sa base, figurent les thèmes de la Mort et de la Passion du Christ. Ligonde comptait un hôpital au Moyen Age (ferme Nadal do Hospital au n°17). Très bel habitat ancien.

Bar - restaurant - Hébergement (Refuge - Albergue)

En savoir plus sur Ligonde

tél office du tourisme : 0

e) LPe) LP

27200 Palas de Rei

(3326 h)

Modeste bourgade aujourd'hui, Palas de Rei aurait été le lieu de résidence de Witiza, dernier roi wisigoth, au début du VIIIe siècle. A défaut de richesses patrimoniales, on pourra se rabattre sur la gastronomie galicienne ou déguster du poulpe dans une pulperia!

Commerces - Services - Hébergement (Refuge - Albergue)

En savoir plus sur Palas de Rei

camino frances

Etape: Portomarin - Palas de Rei (24,5 km)

Durant la première moitié de l'étape, nous allons jouer à cache-cache avec la C 535. C'est un sport que nous avions un peu oublié. Rien de dramatique pour autant. Certaines portions s'effectuent loin de la route et de ses camions, tandis qu'à d'autres moments il faut suivre des pistes aménagées, rassurantes à défaut d'être belles. Passé Hospital de la Cruz, nous retrouvons les paisibles hameaux galiciens, les horreos et les calvaires de granite. La croix dressée parmi les chênes séculaires à l'entrée de Ligonde est particulièrement émouvante. En route, une essence d'arbre originaire de l'hémisphère sud fait son apparition: l'eucalyptus. Les plantations vont s'intensifier en nombre à mesure que nous avancerons vers l'ouest.Leurs feuilles tombantes ajoutent une note de tristesse ou de mystère (suivant notre humeur) les jours de pluie ou de brume. Palas de Rei, littéralement le palais du roi, promet plus qu'elle ne tient. La petite ville garde peu de chose de son passé. En revanche, c'est une étape gastronomique pour qui aime une solide cuisine du terroir.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 28.982 380 001

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

27204 Casanova

Localité située à peine à 6 km après le départ de Palais de Rei

(398 h)

Hébergements (Refuge pèlerins - Albergue - Pension)

En savoir plus sur Casanova

tél office du tourisme : 0

15800 Melide

(7419 h)

Centre géographique de la Galice et importante étape jacquaire, la ville se trouve au point de jonction du Camino Primitivo et du Camino Frances. on pourra découvrir sucessivement La chapelle San Roque, l'Eglise paroissiale (ancien couvent franciscain du Sancti Spiritus), le musée Rerra de Melide et la Casa do Consello (Mairie et ancien palais du XVIIe siècle).

En savoir plus sur Melide

tél office du tourisme : 0

15816 Boente

(118 h)

Localité que l'on atteint après 21,3 km de prégrination après le départ de Pals de Rei

En savoir plus sur Boente

tél office du tourisme : 0

Saugues (Saint Privat d'Allier-Saugues) LP

15819 Ribadiso

(61 h)

Après 26,7 kilomètres de pérégrination au départ de Palas de Rei nous sommes à Rabadiso. Il ne nous reste plus que 2,8 km pour atteindre Arzua

En savoir plus sur Ribadiso

tél office du tourisme : 0


15810 Arzua

(6011 h)

Arzua (nommé Villanova dans le guide du pèlerin) nous permet de découvrir des maisons à arcades et des rues pavées portant de vieux noms. On pourra voir également la chapelle de Madeleine abritant des sépulcres: ce qui restent d'un ancien hôpital fondé au XIVe siècle par les Augustins de Sarria

 

Commerces - Services - Hébergement (Nombreuses Albergues)

En savoir plus sur Arzua

camino frances

Etape: Palas de Rei - Arzua (29,4 km)

Voici une longue étape au parcours sinueux, plus difficile à décrire sur le papier qu'à suivre sur le terrain. Aux bornes rencontrées tous les cin cents mètres, il faut ajouter celles placées aux fourches, carrefours ou points délicats. Dans ces conditions, impossible de se perdre, même dans le plus épais brouillard galicien. L'étape esr longue et peut être souhaiterez-vous la morceler, refuges et hôtels ne manquant pas en cours de route. Il serait dommage de filer vers Compostelle au pas de course, alors que la Galice est une invitation à musarder dans des paysages qui n'ont pas subi les grands bouleversements du XXe siècle. Durant ces trente kilomètres, pas un instant vous ne ressentirez l'ennui: forêts de châtaigniers, de chênes ou d'eucalyptus s'enchaînent, parcourues de chemins creux profonds ou obscurs. Puis vous traverserez les villages modestes et pourtant mémorables de Casanova, Leboreiro ou Furelos, vous franchirez des ponts en dos d'âne ou des corredoiras sur les multiples cours d'eau. Maintes fois, vous couperez, puis recouperez la N 547 sans jamais envier le conducteur filant à toute allure vers Santiago. Lui ne voi rien de cette Galice qui vous enivre à chaque nouvelle enjambée.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 981 508 056

15810 Lavacolla

(153 h)

Lavacolla est teaversé par un ruisseau du même nom. C'est dans ce cours d'eau que les pèlerins faidsaient leurs ablutions avant d'entrer dans la ville de Santiago et d'aller à l'apôtre. Quant à l'expression "lavacolla" elle est sans ambiguité!

Ravitaillement - Bar - restaurant - Hébergements: (Albergue- Hôtel)

En savoir plus sur Lavacolla

camino frances

Etape: Arzua - Lavacolla (28,8 km)

Les deux dernières étapes du voyage totalisent une quarantaine de kilomètres à elles deux. chacun les découpera comme bon lui semble selon sa forme physique, son humeur et ses goûts.Dormir à Arca (hors chemin) assure une nuit supplémentaire dans un refuge, pas forcément au calme, mais en pleine campagne, tout en scindant les étapes en deux parts égales. Pousser jusqu'à Lavacolla garantit d'arriver le lendemain à Compostelle autour de midi, et c'est aussi une façon d'accomplir le voyage dans les règles et la tradition. Lavacolla était un arrêt obligé pour les pèlerins médiévaux, l'occasion de se laver (lava colla: est-il bresoin de traduire?), de mettre ses affaires en ordre et de se faire beau avant d'aller honorer saint Jacques. L'étape de trente kilomètres assez semblable à la précédente, forme un chemin labyrinthique reliant entre eux des fermes ou des hameaux lilliputiens. Lorsque surgissent les grandes nationales avec leurs échangeurs et l'aéroport de Santiago, on comprend que Lavacolla appartient déjà à l'épilogue d'un voyage entrepris il y a un mois ou plus.

 

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

Monte do Gozo

(Lieu-dit de la commune de Saint Jacques de Compostelle)

Peu avant d'entrer dans Santiago le Monte do Gozo est le premier lieu duquel les pèlerins peuvent apercevoir la cathédrale.

En savoir plus sur Monte di Gozo

tél office du tourisme : 981 555 129

15700 Santiago de Compostelle

(97848 h)

Pour la découverte de Santiago il est utile de consulter la fiche de l'étape ainsi que le lien ci-dessous

 

Tous commerces - Services - Nombreux hotels - Gares RENFE et routière - Albergues - Refuges - Camping

En savoir plus sur Santiago de Compostelle

camino frances

Etape: Lavacolla - Santiago de Compostelle (10,2 km)

Ultime étape aux abords encore champêtres jusqu'au Monte de Gozo . Durant ces derniers instants de calme, beaucoup songeront au chemin parcouru avec la joie de toucher au but, tandis que beaucoup sentiront leur gorge se nouer à l'approche du dénouement. La descente vers la ville depuis le Monxoi s'accompagne bien souvent de doute. Trop d'effervescence secoue les faubourgs, les noms ressuscitent le passé et pourtant le modernisme recouvre tout. Il faut franchir la porta de Camino et pénétrer dans la vieille ville. Alors Santiago se dévoile et votre émotion va grandissant au fil des rues, des places et des ruelles.Un porche et quelques marches à descendre, et vous voilà place de l'Obradoiro. Le chemin a accompli sa promesse jusqu'au bout. A vous de poursuivre votre proche chemin.

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 981 555 129

Ventosa

(383 h)

Commerces - Services - Hébergements: (Auberge municipale - Auberges privées)

Le cheminement de cette dernière longue étape est fait de larges sentiers parfois rectilignes coupant à travers de vastes espaces non habités où vous vous étonnerez de rencontrer deçà et delà, un calvaire à la croisée des chemins, des chapelles isolées au milieu de prairies ventées. Au détour d'un virage, le bleu de l'océan apparaît au loin, puis, petit à petit, se précisent les contours de la côte, l'urbanisation des ports et des stations balnéaires de Cee, de Corcubion et autres.Mais peu importe, vous avez comme but le Cabo Fisterra, la fin de la terre, là ou l'extrémité de l'Europe occidentale se précipite dans les flots de l'océan Atlantique. La fin du chemin: le kilomètre 00.0. où le marcheur impuissant s'arrête, se pose et regarde.Assis sur les roches granitiques piquées par l'air marin et les tempêtes, il savoure l'instant et les derniers rayons écarlates de l'astre solaire qui s'évanouissent sur l'horizon bleuté. Et Gauguin de conclure: "mes yeux voient sans comprendre l'espace devant moi, et j'ai la sensation du sans fin"

lien

Camino Frances

Etape : Oliveira - Cabo Fisterra (33.5 km)

description de l'étape

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

15229 Augapesada

(144 h)

Hameau qui nous fera découvrir son superbe pont médiéval qui a dû être construit entre le XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe siècle. Il traverse la rivière Augapesada également connu sous le nom de Rego dos Pasos. Elle forme la vallée dite d'Ames ou de Covas. Augapesada était un important carrefour routier, il est concevable qu'une infrastructure antérieure existait déjà.

lien

Camino Frances

Etape : Negreira - Oliveira (33.7 km)

description de l'étape

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

15151 Transmonte

(54 h)

Bar - Hébergements:  (Auberge municipale -Auberge privée - Pension)

Une fois les portes fortifiées de Negreira franchies, le chemin à la coquille propose de visiter d'abord la charmante petite église de Xan Julian avant de gagner l'Alto da Cruz. La marche est très agrèable , passant à travers la forêt dominante parsemée de champs et de prairies bien vertes. La terre est maigre et la roche affleure de temps en temps. Les villages sont moins nombreux et les fameux horréos typique de Galice, plus ou moins en bon état, comme ceux à l'entrée d'As  Maronas, construits entièrement en granit brut, attisent toujours la curiosité.

Le décompte des kilomètres continue en suivant les bornes jacquaires plus ou moins régulières. Plus qu'un balisage, elles sont aussi un compagnon de route muet rassurant.De longues lignes droites sur des routes heureusement peu fréquentées complètent le tableau de la fin de journée jusqu'à Olveiroa.

lien

Camino Frances

Etape : Negreira - Oliveira (33.7 km)

description de l'étape

Voir la fiche de l'étape

En attente

tél office du tourisme : 0

15864 Ponte Maceira

(69 h)

Commerces - Services - Hébergements (Auberge municipale - Auberges privées)

Pour la grande majorité des pèlerins, Santiago de Compostela était le but à atteindre, la fin du parcours. Ceux d'entre vous  n'étant pas encore sevré du chemin pourront pousser jusqu'à "la fin des terres", à Cabo Fisterra. Autrefois, de nombreux pèlerins accomplissaient ce parcours, comme en témoignent encore les nombreuses traces patrimoniales que l'on croise en direction de l'océan. Pour la première fois, vous allez tourner le dos à cette ville des étoiles qui a aimanté (peut être même hanté) toutes vos journées depuis votre départ; vous n'oublierez jamais complètement Santiago.

Le chemin vous embarque de nouveau dans son rythme et ses découvertes: les moments forts de cette étape relativement courte vous réservent de belles surprises avec, entre autres, la vue panoramique sur la vieille cité dès la première crête et le franchissement du magnifique pont médiéval de Puente Maceira. Voilà un superbe cheminement qui vous amène tranquillement à Négreira.

lien

Camino Frances

Etape : Santiago - Negreira (20,7 km)

description de l'étape

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

15830 Negreira

(6901 h)

Commerces - Services - Hébergements (Auberge municipale - Auberges privées)

Pour la grande majorité des pèlerins, Santiago de Compostela était le but à atteindre, la fin du parcours. Ceux d'entre vous  n'étant pas encore sevré du chemin pourront pousser jusqu'à "la fin des terres", à Cabo Fisterra. Autrefois, de nombreux pèlerins accomplissaient ce parcours, comme en témoignent encore les nombreuses traces patrimoniales que l'on croise en direction de l'océan. Pour la première fois, vous allez tourner le dos à cette ville des étoiles qui a aimanté (peut être même hanté) toutes vos journées depuis votre départ; vous n'oublierez jamais complètement Santiago.

Le chemin vous embarque de nouveau dans son rythme et ses découvertes: les moments forts de cette étape relativement courte vous réservent de belles surprises avec, entre autres, la vue panoramique sur la vieille cité dès la première crête et le franchissement du magnifique pont médiéval de Puente Maceira. Voilà un superbe cheminement qui vous amène tranquillement à Négreira.

lien

Camino Frances

Etape : Santiago - Negreira (20,7 km)

description de l'étape

Voir la fiche de l'étape

tél office du tourisme : 0

15151 Olveiroa

(109 h)

Bar - Hébergements:  (Auberge municipale -Auberge privée - Pension)

Une fois les portes fortifiées de Negreira franchies, le chemin à la coquille propose de visiter d'abord la charmante petite église de Xan Julian avant de gagner l'Alto da Cruz. La marche est très agrèable , passant à travers la forêt dominante parsemée de champs et de prairies bien vertes. La terre est maigre et la roche affleure de temps en temps. Les villages sont moins nombreux et les fameux horréos typique de Galice, plus ou moins en bon état, comme ceux à l'entrée d'As  Maronas, construits entièrement en granit brut, attisent toujours la curiosité.

Le décompte des kilomètres continue en suivant les bornes jacquaires plus ou moins régulières. Plus qu'un balisage, elles sont aussi un compagnon de route muet rassurant.De longues lignes droites sur des routes heureusement peu fréquentées complètent le tableau de la fin de journée jusqu'à Olveiroa.

lien

Camino Frances

Etape : Negreira - Oliveira (33.7 km)

description de l'étape

Voir la fiche de l'étape

En attente

tél office du tourisme : 0

15155 Cabo Fisterra

(4775 h)

Commerces - Services - Hébergements: (Auberge municipale - Auberges privées)

Le cheminement de cette dernière longue étape est fait de larges sentiers parfois rectilignes coupant à travers de vastes espaces non habités où vous vous étonnerez de rencontrer deçà et delà, un calvaire à la croisée des chemins, des chapelles isolées au milieu de prairies ventées. Au détour d'un virage, le bleu de l'océan apparaît au loin, puis, petit à petit, se précisent les contours de la côte, l'urbanisation des ports et des stations balnéaires de Cee, de Corcubion et autres.Mais peu importe, vous avez comme but le Cabo Fisterra, la fin de la terre, là ou l'extrémité de l'Europe occidentale se précipite dans les flots de l'océan Atlantique. La fin du chemin: le kilomètre 00.0. où le marcheur impuissant s'arrête, se pose et regarde.Assis sur les roches granitiques piquées par l'air marin et les tempêtes, il savoure l'instant et les derniers rayons écarlates de l'astre solaire qui s'évanouissent sur l'horizon bleuté. Et Gauguin de conclure: "mes yeux voient sans comprendre l'espace devant moi, et j'ai la sensation du sans fin"

lien

Camino Frances

Etape : Oliveira - Cabo Fisterra (33.5 km)

description de l'étape

Voir la fiche de l'étape

En attente

tél office du tourisme : 0

 


St Georges

Mardi 23 Avril 2024