Légende des icônes

Nature et chemins

Villes et routes

Intérêt culturel

Difficulté du dénivelé

Le Col du Somport

Col du Somport - Jaca

Parcours :

4 ème étape avoisinant ou dépassant les les 30 km ... Celle-ci fait 30,9 km pour 7 h 4 5 de marche.

Nous passons en territoire espagnol et atteignons Canfranc-Estacion après 1 h 50 de marche et 7,3 km absorbés. Il faudra 1 h 00 de marche de plus pour arriver au Pont sur l'Aragon (+ 4,1 km) et ajouter 1 h 10 pour découvrir Villanua : on aura alors parcouru 16 km ! Castiello de Jaca nécessitera 1 h 50 de plus et 7,2 km de mieux pour être rallié : nous serons alors à 1 h 55 de marche pour découvrir Jaca ...

Dénivelé :

On quitte les Pyrénées pour atteindre Jaca localisé 800 m plus bas ... Quelle différence par rapport à l'étape de la veille !

Curiosités :

On découvrira tout d'abord la station de ski de Candanchu signifiant "Camp d'Anjou", c'est en effet là que fut détenu en 1288, avant sa libération, Charles d'Anjou, roi des deux  Siciles, prisonniers des espagnols. Puis nous atteindrons Canfranc-Estacion (7,3 km après le début de l'étape) qui vit la construction de la gare pour  la ligne ferroviaire Pau - Canfranc - Saragosse en 1928. (ligne aujourd'hui interrompue) Cette gare de 125 m de long à 1040 m d'altitude , la plus grande d'Europe après cette de Leipzig, surprend toujours... En poursuivant notre pérégrination nous apercevrons, sur la rive droite, au-dessus de la route, une vieille grange du XIe siècle en pierres appareillées , munie d'un mur clocheton à deux arcades  et d'une courte abside en cul-de-four: c'est l'ancienne église Santiago d'Aruej, village disparu, mais dont les seigneurs régnèrent jadis sur cette partie de la vallée. Nous atteignons Villanua après 4 heures de marche (16 km) où des dolmens témoignent d'une occupation très ancienne. Son église San Esteban conserve une Vierge polychrome du XIIe siècle.Il nous faudra marcher ensuite 7,2 km de plus pour nous retrouver à Castiello de Jaca, carrefour de routes qui mènent à deux monuments préromans majeurs, les églises d'Iguacel à l'est et de San Adrian de Sasave à l'ouest, malheureusement bien éloignées au fond de leurs vallons, pour un marcheur.

Nous clôturerons notre cheminement avec la découverte de sa cathédrale du XIe siècle, un des premiers monuments romans d'Espagne où son influence fut considérable. Elle frappe par sa hauteur et son ampleur, à cette époque, dans un si petit pays: portail sculpté, trois nefs, douze chapelles, et par la richesse de sculptures, chapiteaux fouillés, d'un grand réalisme sous deux porches, frises et modillons de l'unique abside qui n'ait pas été modifiée en 1970, coupole à nervure de la croisée du transept, s'inscrivant dans ce courant hispano-mauresque qu'on suit de Cordoue à Sainte-Croix-d'Oloron.On ne saurait oublier les enrichissements ultérieurs, retables "plateresques" du XVIe siècle, orgues du XVIIe. Et il faut surtout voir le prodigieux Musée diocésain du cloître, où ont été transportées et recollées une douzaine de fresques, souvent du XIIe siècle, sauvées dans les églises des villages abandonnés des montagnes de Serrablo.

Office du tourisme: 974 360 098

 


St Hippolyte

Samedi 13 Août 2022